Les tomates à la recherche du goût perdu

lu 1561 fois

« Pendant de nombreuses années, les programmes de sélection de tomates ont davantage tenu compte du rendement, des résistances aux maladies, de l'adaptation à la culture sous serre ou des qualités commerciales (apparence, homogénéité, durée de vie, fermeté) que du goût et de l'arôme des fruits ».

« Les tomates à la recherche du goût perdu » - Crédit photo : www.cliclait.com Après ce rude constat, une publication récente de l’INRA ajoute : « il n’est par conséquent pas surprenant de voir certains consommateurs se plaindre du manque de goût des tomates du marché. » Pour y remédier, le projet EUSOL, qui regroupe une vingtaine de sélectionneurs de tomates, a fait des tests auprès de plus de 800 consommateurs aux Pays-bas, en France et en Italie.

De nombreuses variétés de tomates ont été soumises à leur appréciation. Les chercheurs ont mis à jour « les caractéristiques qui devraient être améliorées pour satisfaire les consommateurs ».

Ce sont d’abord le goût (étonnant, non ?), puis la texture, et aussi l’apparence. Les tomates d’antan étaient beaucoup plus simplistes, archaïques et primitives : elles n’avaient pas besoin de tant d’études pour être bonnes ! Et appréciées de tous ceux qui les mangeaient...

(INRA en direct des labos. La Lettre INRA aux entreprises, n° 27 : « Sélectionner des tomates qui plaisent aux consommateurs »)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s