Les seniors en surpoids devraient-ils maigrir ?

lu 9082 fois

C’est un peu paradoxal. D’un côté, les spécialistes du grand âge s’alarment de la fréquence de la dénutrition, à l’hôpital, en institution, mais aussi dans une moindre mesure à domicile. D’un autre côté, que ce soit pour des raisons quasi physiologiques ou sociétales, l’excès de poids n’épargne pas les seniors en bonne santé, dans un contexte général d’inflation de l’obésité... Faut-il alors conseiller un régime aux personnes âgées en surpoids ? La réponse des experts en nutrition est prudente, et plutôt négative...

Pourquoi prend-on du poids avec l’âge ?

Chez la plupart des personnes, le poids augmente doucement et progressivement, de décennie en décennie, dès même l’âge de 20-30 ans. L’explication la plus simple pourrait reposer sur un déséquilibre entre les apports alimentaires et les dépenses énergétiques, qui s’accentuent avec le temps. L’activité physique a tendance à diminuer. Mais la dépense nécessaire à l’organisme lorsqu’il est au repos (ce qu’on appelle le métabolisme de base) devient aussi moins importante : c’est surtout le fait de la diminution de la masse musculaire, qui apparaît avec l’âge et ne fait que s’accroître.

Puisque l’organisme dépense moins, faut-il manger moins ?

Cela pourrait paraître logique, mais on peut tomber dans un piège. Diminuer les apports alimentaires peut aggraver la perte de masse musculaire, d’où un cercle vicieux. L’idéal est de ne pas diminuer les apports alimentaires et de conserver un niveau d’activité physique qui permet le maintien d’un poids stable. Y parvenir semble être aujourd’hui le meilleur gage de bonne santé.

Quels sont les risques du surpoids chez les seniors ?

Chez les sujets plus jeunes, l’obésité ou la surcharge abdominale est un facteur de risque d’hypertension, de diabète, de maladies cardiovasculaires... Chez les personnes âgées, certaines études incitent non pas à écarter, mais à tempérer le risque. Il a été montré qu’un surpoids modéré pouvait être associé à une moindre mortalité globale, alors qu’un poids trop faible augmentait le risque. L’obésité sévère retentit en tout cas défavorablement sur le confort et la mobilité.

Faut-il alors se mettre sérieusement au régime ?

Il n’est pas établi aujourd’hui que la perte de poids chez une personne âgée entraîne un bénéfice en termes de santé. C’est vrai pour les personnes en surpoids ou obèses : le plus souvent, le régime s’accompagnera d’une diminution des dépenses énergétiques et elles ne perdront pas de poids. Il risque aussi d’accélérer la fonte des muscles et d’entraîner une dénutrition, deux résultats défavorables à l’objectif recherché. Chez les sujets obèses, il faut pour le moins éviter les restrictions abusives. Le régime est encore moins souhaitable chez les seniors qui n’ont pas réellement besoin de perdre du poids : il ne peut qu’entraîner un déséquilibre alimentaire, des déficits nutritionnels et une perte de masse musculaire. Il a été montré que le risque de dénutrition est 4 fois plus élevé chez les personnes âgées qui suivent des régimes !

Quelle est alors la bonne solution ?

Il paraît raisonnable de ne pas chercher à perdre du poids à toute force. Mieux vaut essayer seulement de ne pas en prendre, en conservant un activité physique suffisante (c’est la meilleure prévention du gain de poids) et une alimentation équilibrée qui n’exclue aucun groupe d’aliments. Chez les personnes âgées, les bienfaits d’une alimentation variée et agréable paraissent supérieurs aux bénéfices supposés et hypothétiques des régimes amaigrissants. (Nutrinews hebdo)

(Entretien avec le Dr Jean-Michel Lecerf, chef du service de nutrition de l’Institut Pasteur de Lille)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s