Les recommandations nutritionnelles françaises

lu 3224 fois

Comme le démontrent les études comparatives réalisées par les sociologues français, japonais et américains, les français ont une culture alimentaire basée davantage sur le plaisir de manger et une approche globale du régime alimentaire plutôt qu’une approche spécifique basée sur les nutriments.

La révision des recommandations nutritionnelles françaises en matière de macronutriments et de micronutriments a été publiée en 2001, en français dans sa version intégrale et en anglais dans une version condensée, suite à 4 ans de travaux auxquels ont participé la plupart des spécialistes français. Comme le démontrent les études comparatives réalisées par les sociologues français, japonais et américains, les français ont une culture alimentaire basée davantage sur le plaisir de manger et une approche globale du régime alimentaire plutôt qu’une approche spécifique basée sur les nutriments. Dans ce contexte, il était important de vérifier que les recommandations faites en fonction des besoins en nutriments pouvait s’adapter à des conseils diététiques plus traditionnels ou des recommandations diététiques basées sur les aliments.

A cet effet, des travaux originaux ont été réalisés à l'aide de données émanant d'enquêtes alimentaires nationales représentatives (études ASPCC et INCA) :

- étude de la diversité de l'alimentation : selon l'index de diversité présenté par l'USDA, une alimentation est diversifiée, si l’on consomme chaque jour des aliments appartenant à 5 groupes (viande-poisson-oeufs, lait et produits laitiers, fruits, légumes, céréales et produits céréaliers) ;

- études de simulation : à partir de données représentatives sur les habitudes alimentaires, il a été possible de calculer les quantités - au niveau de la population - des nutriments ingérés en suivant les recommandations faites par des diététiciens sur le type et la fréquence des principales catégories d'aliments ;

- programmation linéaire : ces études consistent à établir des régimes alimentaires informatisés à l'aide d'une base de données alimentaires en tenant compte de contraintes préétablies telles que la diversité, la taille des portions, le respect de l'ANC et le coût.

- études des typologies des consommateurs: à partir de 44 catégories de produits alimentaires -obtenus en utilisant des techniques statistiques telles que l'analyse en composantes principales- cinq typologies spécifiques ont été obtenues avec pour chacune des niveaux de satisfaction très différents des besoins nutritionnels.

Toutes ces études sont convergentes et indiquent qu'il est possible de répondre aux besoins en nutriments en utilisant les aliments courants et en appliquant des recommandations simples des nutritionnistes, basées sur les aliments. La situation nutritionnelle globalement satisfaisante des français ne doit cependant pas masquer la réelle existence de groupes à risque, c’est à dire de groupes qui consomment trop peu de nutriments et ont des maladies liées à ces insuffisances. L'analyse typologique est un outil intéressant pour mieux appréhender ces groupes et définir les outils pour pallier à ces insuffisances.

Prises ensemble, ces études constituent une partie de la base scientifique utilisée pour l’élaboration du programme national nutrition-santé lancé au début de l'année 2001. Cette politique sélectionne 9 objectifs quantitatifs pour l’ensemble de la population, concernant les aliments (surtout les fruits et légumes), le calcium, les sucres, les lipides, l'alcool, trois indicateurs de l'état alimentaire (taux de cholestérol, pression artérielle, Indice de Masse Corporelle) et les activités physiques. Six axes stratégiques ont été mis en place dans différents domaines, dont l'éducation et l'information, la nutrition dans le système de soins, l'implication de l'industrie alimentaire, la recherche et l'évaluation des résultats du programme.

SOURCE : Aprifel

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s