Les « profils nutritionnels » : intérêts et enjeux

lu 3831 fois

Un tout récent règlement communautaire prévoit de règlementer l'accès aux allégations nutritionnelles et de santé des denrées alimentaires. Pour pouvoir se prévaloir d'une allégation, les aliments devront respecter une certaine composition nutritionnelle, c'est-à-dire un profil nutritionnel.

A quoi servent les profils nutritionnels ?

Le tout récent règlement communautaire 1924/2006 prévoit de réglementer l'accès aux allégations nutritionnelles et de santé des denrées alimentaires. Pour pouvoir se prévaloir d'une allégation, les aliments devront respecter une certaine composition nutritionnelle, c'est à dire un profil nutritionnel. Les profils seront établis par la Commission après avis de l'autorité scientifique européenne (AESA/EFSA). Un système qui devra être disponible au plus tard en janvier 2009.

L'objectif de ces profils est d'apporter une information loyale aux consommateurs, de veiller à ce que les allégations nutritionnelles et de santé mentionnées sur les produits ne masquent pas des compositions nutritionnelles défavorables mais aussi d'orienter les consommateurs dans leurs choix. Pour beaucoup, cette disposition doit être considérée comme un renforcement du principe de non tromperie et de protection du consommateur.

Quels sont les enjeux pour les industriels de l'agroalimentaire ?

La difficulté est de fixer la barre d'éligibilité à un niveau qui préserve la possibilité d'innovation et qui encourage l'industrie à améliorer constamment la qualité nutritionnelle de ses produits. Il faut donc identifier le système de profilage qui permet de valoriser tous les types d'amélioration nutritionnelle (quantité et qualité des nutriments, taille des portions...), ainsi que la contribution naturelle des produits à l'équilibre de l'alimentation. C'est très complexe et il existe pour un certain nombre de produits des limites à l'optimisation : limites réglementaires, technologiques, sécuritaires, organoleptiques...

Et pour les consommateurs ?

Les profils nutritionnels doivent être définis de façon à garantir au consommateur qu'une allégation, nutritionnelle ou de santé, ne puisse être apposée sur un produit dont les caractéristiques nutritionnelles ne répondraient pas à certaines exigences liées à des considérations de santé publique. Ainsi, à terme, ces profils devraient permettre d'améliorer les apports nutritionnels des consommateurs, par l'optimisation de la qualité nutritionnelle des aliments et par une meilleure information facilitant leurs choix.

Il faut veiller à ce que puisse être prise en compte l'hétérogénéité des populations, à l'intérieur desquelles des situations individuelles fort diverses existent. Par ailleurs, les données qualitatives concernant les aliments sont privilégiées, au détriment des aspects quantitatifs, des rythmes et des habitudes de consommation, eux-mêmes fortement influencés par des considérations hédoniques, culturelles et économiques. Il serait regrettable de ne considérer que l'aliment isolé sans s'attacher à l'aspect plus global de l'alimentation.

Les profils nutritionnels, s'ils sont bien pensés, peuvent être des outils efficaces et participer à combler l'écart qui existe aujourd'hui entre les recommandations nutritionnelles et la réalité des apports.

(Véronique Braesco, Présidente du groupe de travail IFN sur les profils nutritionnels - Dossier de presse IFN - Paris, novembre 2007)

Source : Institut Français pour la Nutrition (IFN)

SOURCE : Institut Français pour la Nutrition

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s