Les produits laitiers : bons pour le coeur et pour le poids

lu 3385 fois

Un nombre croissant d’études montre que les produits laitiers ne nuisent pas à la santé cardiovasculaire, ni d’ailleurs à l’équilibre pondéral. Au contraire même ! Les acides gras du lait - dont on surestime couramment les quantités présentes dans les produits laitiers - ne semblent pas non plus avoir de conséquences métaboliques défavorables. Au total, c’est la composition globale des produits laitiers qui serait bénéfique et retient aujourd’hui l’attention des chercheurs.

Dans une étude récente [1], deux chercheurs en nutrition ont passé en revue la littérature médicale et scientifique des vingt dernières années portant sur les produits laitiers allégés et entiers, le fromage, les yaourts, le beurre… Leur conclusion : il n’ y a pas d’association entre la consommation de produits laitiers et le risque de maladie cardiovasculaire ou le risque d’accident vasculaire cérébral. Au contraire même : dans les articles où une association est mise en évidence, elle montre une diminution du risque. Une autre équipe de chercheurs a sélectionné les études portant sur les produits laitiers entiers [2].

Avec l’idée de voir ce qu’il en est de l’action des lipides du lait. Là encore, les résultats sont impressionnants. Dans 11 des 16 études retenues par les chercheurs pour leur qualité méthodologique, la consommation de produits laitiers entiers est associée à une moindre adiposité. Elle n’est pas non plus en relation avec les paramètres de la santé métabolique. Et lorsqu’une telle relation est observée, elle est une fois de plus favorable. Les études actuelles ne soutiennent donc pas l’idée que les produits laitiers entiers contribuent à l’obésité, ni au risque de maladie cardiovasculaire ou métabolique comme le diabète. Elles suggèrent même qu’ils sont associés à une diminution du risque d’obésité. Les auteurs de cette synthèse ne tirent pas de conclusion définitive. Mais ils estiment que ces résultats devraient inciter à mieux étudier (et bien sûr à utiliser) les propriétés bioactives des lipides du lait.

Pour ce qui est de l’espoir de diminuer le risque cardiovasculaire en s’attaquant sans nuance aux acides gras saturés, on sait qu’il s’agissait d’une fausse piste. Les travaux les plus récents autorisent une consommation modérée de ces acides gras. En France, les apports nutritionnels conseillés en « saturés » ont même été revus à la hausse par les autorités sanitaires. On sait aujourd’hui que ces acides gras sont très divers. Et que leurs effets sur la santé dépendent beaucoup de leurs sources alimentaires.

Entre 2000 et 2010, aux Etats-Unis, on a suivi un échantillon représentatif de la population américaine : près de 7.000 adultes bien portants, âgés de 45 à 84 ans. On a étudié [3] leurs apports d’acides gras saturés en fonction de chaque type d’aliment : produits laitiers, beurre, viande, végétaux… Un constat s’impose : avec les acides gras saturés des produits laitiers, le risque cardiovasculaire diminue. En raison de leur diversité, les saturés peuvent avoir des effets différents sur les lipides sanguins. Mais les chercheurs n’oublient pas non plus que les effets bénéfiques des produits laitiers sur le risque cardiovasculaire peuvent être dus à leur composition en minéraux hypotenseurs : potassium, phosphore, calcium… Et sans doute aussi, en dernière analyse, à un « mélange » bénéfique de nutriments.

[1] Huth PJ, et al. Adv Nutr 2012 ;3(3) :266-285.

[2] Kratz M, et al. Eur J Nutr 2012 ; DOI 10.1007/s00394-012-0418-1

[3] De Oliveira O, et al. Am J Clin Nutr 2012 ;96(2) :397-404.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s