Les parents inquiets face à l'alcoolisme

lu 2280 fois

Rendue publique il y a quelques jours, une étude de l'Institut de recherches scientifiques sur les boissons (IREB) sur la perception que les Français se font de l'alcool, réfute une idée fausse selon laquelle la consommation d'alcool des moins de 18 ans serait aujourd'hui plus importante qu'il y dix ans.

74 % des 2 000 personnes interrogées sont ainsi convaincues que les mineurs boivent davantage. Or, rectifie Marie Choquet, directeur de recherche à l’Inserm « leur consommation a chuté. En 1971, on comptait 12 % de consommateurs réguliers parmi les 12-18 ans. Aujourd’hui, c’est 1 %. »

L’ensemble des études sur le sujet soulignent que la consommation moyenne d’alcool par habitant a diminué de 20 % durant ces dix dernières années et qu’elle est restée stable chez les jeunes. En revanche, ces derniers boivent, jusqu’à l’ivresse, en général le week-end. Apanage des jeunes Français, ces derniers multiplient les risques en état d’ébriété, comme celui de conduire.

A noter, souligne par ailleurs Le Quotidien du Médecin, que l’Europe prépare activement une stratégie pour prévenir le risque alcool, applicable dans les 25 pays membres. Hausse des prix de 10 %, actions de sensibilisation aux risques d’ébriété et de mauvaise santé, limitation et meilleur encadrement de la publicité et redéfinition des boissons alcoolisées à partir de 0,5 % figurent au nombre des recommandations de Bruxelles.

(Le Monde, Le Figaro, 23/06 – Le Quotidien du Médecin, 22/06)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s