Les nouveaux ingrédients : enjeux, perspectives et fonctionnalités

lu 5050 fois

Le marché des ingrédients Nutrition Santé a un potentiel de croissance très important en particulier dans les domaines du poids (fibres, herbes et botanique, chrome), de l'énergie (vitamines, CoEnzyme Q10 et plantes) et de la santé digestive (pro-et prébiotiques, plantes et enzymes). Mais c'est également un marché de plus en plus réglementé.

« Les nouveaux ingrédients : enjeux, perspectives et fonctionnalités » - Crédit photo : www.sial.fr A l’heure actuelle, le texte de référence est celui de 2006, qui implique à la fois une démarche centralisée au niveau européen (dépôt des dossiers avant commercialisation des produits) et une liste positive des indications santé utilisables. De nombreuses entreprises axent donc leur développement sur ces ingrédients comme par exemple Roquette, Bénéo-Orafti et Leroux.

Roquette travaille d’une part sur la malnutrition (sous nutrition ou surnutrition), et d’autre part sur la santé qui comprend le développement (enfants, femmes enceintes, adolescents, maladies infectieuses) et l’âge (maladies dégénératives, perte d’autonomie,...). Le développement de nouveaux ingrédients et de nouveaux objectifs s’effectue, dans un premier temps, sur la base de critères incluant les données produits et pays disponibles, les différentes cibles ainsi que les recommandations des experts. La recherche intervient dans un deuxième temps.

Enfin, la décision finale d’un développement produit repose sur un compromis permettant d’allier à la fois le désir de santé, des considérations éthiques et la faisabilité industrielle. Roquette travaille, à l’heure actuelle, sur trois axes majeurs d’innovation qui sont l’intégration (disposer d’une offre produits qui va s’intégrer dans le panorama industriel), l’internationalisation et l’innovation durable avec trois programmes : Biohub, Nutrahub et Gaiahub.

Leader du marché mondial de la production d’inuline et d’oligofructose dérivés de la chicorée, Bénéo-Orafti s’est surtout spécialisé dans la santé digestive avec les prébiotiques. L’inuline, fibre soluble extraite mécaniquement de la racine de chicorée, et appelée prébiotique est en effet reconnue pour ses effets bénéfiques sur la flore intestinale. Cet ingrédient ouvre des perspectives de développement car la santé intestinale est la première motivation poussant les consommateurs à acheter des aliments fonctionnels.

Cet axe est également utilisé par la société Leroux avec le développement d’une gamme de chicorée douce. En effet, le procédé traditionnel de torréfaction de la chicorée détruit une partie de l’inuline initialement présente. C’est pourquoi Leroux a développé un nouveau procédé de torréfaction plus doux qui permet de préserver plus de 60% des fibres.

Les enjeux résident aujourd’hui dans la capacité à transposer les potentiels mis en évidence in vitro et dans la capacité à prouver et à adapter les allégations nutritionnelles en fonction de la nouvelle réglementation à venir.

(Paul Van Oostende, Sales manager Southern Europe & Africa Middle East (Belgique) de Bénéo-Orafti, Marie-Hélène Saniez, Directrice Nutrition (France) de Roquette, Myriam Janssens, Responsable R&D (France) de Leroux - SIAL 2008 - AGORA NUTRITION - Résumé Conférence du 20 octobre 2008)

SOURCE : Atlantic Santé

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s