Les maladies cardiovasculaires sont principalement le résultat du mode de vie

lu 4551 fois

L'American Heart Association a présenté en vedette, lors de ses sessions scientifiques 2010, le 15 novembre dernier, les résultats de deux études qui indiquent que le mode de vie a un impact plus important que la prédisposition génétique dans le développement et la survenue d'une maladie cardiovasculaire.

« Les maladies cardiovasculaires sont principalement le résultat du mode de vie » - Crédit photo : www.clinicar.ca Dans la première étude, les chercheurs de la Northwestern University Feinberg School of Medicine ont évalué les données issues de 2336 femmes et hommes âgés de 18 à 30 ans inclus dans l'étude longitudinale "Coronary Artery Risk Development in Young Adults" parrainée par le National Heart, Lung and Blood Institute. Les habitudes alimentaires, l'activité physique, la consommation d'alcool, le tabagisme, le poids, la pression artérielle et la glycémie ont été évalués au début de l'étude, puis à la septième et enfin à la vingtième année de suivi.

Parmi les participants qui ont maintenu durant cette période cinq facteurs de mode de vie sain (indice de masse corporelle considéré comme sain, consommation d'alcool limitée, consommation adéquate de potassium, de calcium et de fibres et faible consommation de graisses saturées, ayant une activité physique régulière et n'ayant jamais fumé), 60 % présentaient un faible profil de risque de maladie cardiovasculaire après 20 ans. Ce pourcentage n'était plus que de 37 % pour ceux qui avaient maintenu quatre facteurs, 30 % pour trois facteurs, 17 % pour deux et 6 % pour un seul ou aucun. Des analyses distinctes pour les hommes, les femmes, de type caucasiens ou Afro-américains parviennent aux mêmes conclusions.

La seconde étude, également menée à la Northwestern University, a analysé trois générations de familles incluses dans l'étude "Framingham Heart Study". Les chercheurs ont déterminé que la majorité des maladies cardio-vasculaires qui se sont développées parmi les sujets ont été causées par des facteurs de style de vie, avec seulement une petite proportion due à l'hérédité. "Qu'est-ce que vous faites et comment vous vivez va avoir un impact plus important sur votre santé cardiovasculaire que vos gènes ou comment vous avez été élevé" conclut l'auteure principal Norrina Allen, boursière postdoctoral en médecine préventive à la Feinberg School.

Ainsi "Les comportements de santé l'emportent de beaucoup sur nos gènes", a souligné Donald Lloyd-Jones, MD, Président et professeur de médecine préventive à l'Université Northwestern et cardiologue au Northwestern Memorial Hospital. "Cette recherche montre les individus ont finalement le contrôle sur leur santé cardiaque. Le plus tôt ils commencent à adopter des habitudes de vie saines et plus ils sont susceptibles de maintenir un profil à faible risque de maladie cardiaque".

"Nous avons vraiment besoin d'encourager les individus à améliorer leur comportement et leur mode de vie afin de créer un environnement de santé publique pour que les gens puissent faire des choix sains", a-t-il ajouté. "Nous devons inciter les gens à marcher davantage en toute sécurité dans leur quartier et acheter des fruits frais et légumes à prix abordable dans les épiceries locales. Nous avons besoin que la promotion de l'activité physique soit de retour dans les écoles, plus largement appliquer l'interdiction de fumer, et réduire les teneurs en sodium dans les aliments transformés que nous consommons. Nous avons aussi besoin d'éduquer les gens afin qu'ils réduisent plus efficacement leur apport calorique.

Il s'agit d'un véritable partenariat, entre d'une part les personnes qui font des changements de comportement, mais aussi d'autre part les changements opérés au niveau de la santé publique, qui permettra d'améliorer l'environnement et encouragera les gens à faire de meilleurs choix santé".

(D'après "New studies concur that cardiovascular disease is primarily the result of lifestyle", LifeExtension Update - American Heart Association Scientific Sessions 2010)

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s