Les légumes secs à l'assaut de l'Europe ?

lu 3668 fois

Bien que beaucoup moins importante que dans le reste du monde, la consommation de légumineuses dans l'Union européenne était estimée, en 1999, à près de 4 kg/an/habitant : le Royaume-Uni étant le plus gros consommateur, suivi par les pays du sud de l'Europe.

En France, la consommation de légumineuses augmente peu mais de façon régulière depuis quelques années. Près de 80 % des légumineuses consommées sont importées, la production locale reste peu importante, seuls des produits à forte valeur ajoutée, comme la Lentille verte du Puy, se développent.

Les légumes secs les plus consommés sont les haricots (50 % du marché) et les lentilles (29 %). Ils sont vendus sous 3 formes : secs et non cuisinés en paquets ; en conserve, cuisinés en sauce (haricots à la tomate) ou composante d'un plat (Cassoulet, Chili con carne…). Les conserves sont très prisées, et le lieu d'achat préférentiel reste l'hypermarché. Les principaux consommateurs sont les 35-49 ans ; des revenus faibles, une grande famille et un habitat rural favorisent cette consommation.

La perception des légumes secs par les Français est contradictoire et paradoxale. Ils sont considérés comme bénéfiques pour la santé, mais aussi à l'origine de flatulences et liés à la prise de poids. Leur image est exotique, mythique, mais aussi dépassée et militaire. Appréciés pour leur préparation facile et rapide, le manque d'information sur les produits (dates limites, idées de préparations) n'incite cependant pas les consommateurs.

Au Royaume-Uni, si la production locale de pois suffit pour couvrir la consommation, en revanche, une importation est nécessaire pour répondre à la demande en haricots (100 000 tonnes de baked beans consommés par an).

En Espagne, les légumes secs font partie des plats traditionnels (fabada, cocido), les Espagnols en consomment deux à trois fois plus que les Français. Contrairement aux deux pays précédents, le marché se divise à parts égales entre les haricots, les pois chiches et les lentilles.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s