Les jeunes Parisiens, le tabac, l'alcool et les drogues

lu 4376 fois

Dans le cadre de l'étude ESCAPAD (Enquête sur la santé et les consommations lors de l'appel de préparation à la défense), l'OFDT s'est, pour la première fois, intéressé à l'usage du tabac, de l'alcool et des drogues dans la capitale, chez les adolescents.

Pour ce faire, l’Observatoire a consulté 1 700 parisiens âgés de 17 ans. Une surprise : les consommations les plus abusives ont été repérées dans les « beaux quartiers » de Paris : les arrondissements de l’ouest.

C’est particulièrement vrai pour le tabac, l’alcool et les drogues autres que le cannabis et l’héroïne : le chanvre est, en effet, consommé en quantités comparables dans l’ouest et le nord-est parisiens ; pour l’héroïne, sa consommation reste supérieure dans les quartiers populaires d’une part, les adolescents âgés de 17 ans ne s’y adonnent pas d’autre part, ou s’y adonnent peu, rarement avec régularité en tout cas.

François Beck, co-auteur de cette étude, en rend compte au Nouvel Observateur. Il a pu constater que « les garçons étaient plus portés sur l’ivresse alcoolique, et les filles sur les médicaments psychotropes, [car elles acceptent] plus facilement la médicalisation d’une souffrance psychique ».

Les enquêteurs notent enfin qu’à l’échelle nationale, les jeunes Parisiens consomment moins d’alcool et de tabac que leurs condisciples résidant en banlieue ou dans le reste de l’Hexagone.

(Le Nouvel Observateur, Libération, L'Humanité, 19/01)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s