Les inégalités devant l'obésité grossissent sans faiblir

lu 2543 fois

Frédéric Filloux, pour 20 minutes, dresse un constat préoccupant, celui de la montée en puissance de l'obésité en France. Avec 11 % d'obèses, la France se situe en effet au niveau des Etats-Unis en 1991 (31 % aujourd'hui).

S’appuyant sur un rapport de l’Inserm, il indique que l’élément le plus choquant de cette progression de l’obésité tient à un facteur sociologique. Selon le rapport, la fréquence de l’obésité varie en fonction du niveau d’éducation : de 6 % pour un niveau supérieur à 20 % pour un niveau primaire.

En outre, la discrimination se renforce dans le monde professionnel, où un obèse a notoirement moins de chances de trouver un emploi qu’un autre candidat. L’auteur de l’article fustige alors « l’incurie politique » de nos gouvernements, qui n’ont pas pris à temps le virage du changement des habitudes alimentaires, notamment dans l’éducation nationale.

L’inégalité sociale devant le grignotage est également pointée du doigt, tout comme la coût élevé des aliments équilibrés et l’effondrement des prix des produits riches en sucre et en graisse.

(20 minutes, 06/01)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s