Les industries bougent pour la santé de tous

lu 3319 fois

Depuis quelques années, l’attention accordée par les des industries agroalimentaires à la santé du consommateur est croissante. Une étude démontre que la plupart des entreprises du secteur de l’alimentation et des boissons consentent à de gros efforts en ce qui concerne les produits proposés aux consommateurs ainsi, qu’au niveau des informations présentes sur l’emballage de ces derniers.

« Les industries bougent pour la santé de tous » - Crédit photo : www.cg47.org En dépit de la crise financière qu’a connu le pays au cours de l’année 2009, il semble que les industries poursuivent néanmoins leurs efforts afin d’aider les consommateurs à réaliser les meilleurs choix dans leur alimentation. C’est du moins ce que rapporte une étude européenne portant sur près de 1500 industries agroalimentaires.

Etude à l’échelle européenne !

Une enquête récente a été réalisée à la demande de la confédération des industries agroalimentaires de l’UE (CIAA) auprès de plus de 1500 entreprises afin de connaître les différents changements opérés concernant les produits commercialisés : innovations, reformulations, étiquetage, modification de la taille des portions proposées,…

Cette étude, effectuée par un organisme indépendant, a été menée dans cinq pays de l’Union européenne : la France, l’Italie, les Pays-Bas, l’Espagne et le Royaume-Uni. Ces pays ont été choisis délibérément car c’est au sein de ces derniers que l’on trouve la palette la plus large d’industries agroalimentaires en Europe.

Pas moins de 1548 entreprisses ont donc été sélectionnées au hasard de façon à représenter la diversité du paysage industriel dans le secteur de l’alimentation et des boissons de la façon la plus crédible qui soit, de la petite entreprise familiale à la grande multinationale.

De gros changements en peu de temps

Les résultats de l’étude menée montrent que plus de 20% des entreprises agroalimentaires ont revu les quantités de graisses saturées, de sel/sodium ou de sucres de leurs produits à la baisse et ce uniquement au court de l’année 2008.

Près du quart des sociétés interrogées déclare avoir augmenté, au cours de cette même année, le nombre de possibilités offertes aux consommateurs en ce qui concerne la taille des portions, proposant désormais de plus petits packaging. Enfin, environ un tiers des industries dit avoir également adopté ou envisagé d'introduire un étiquetage nutritionnel donnant des informations sur les apports nutritionnels considérés comme optimaux (guideline daily amount information ou GDA).

De 2004 à 2007, une première étude avait déjà été réalisée dans les mêmes conditions. Au cours de ces quatre années, près de 43% des entreprises avaient déclaré avoir pris des mesures pour réduire les graisses saturées, le sodium et les sucres dans leurs produits. La tendance semble donc s’accélérer, au vu des résultats de l’étude de 2008.

Les grandes entreprises, proposant des gammes de produits plus grandes, seraient nettement plus susceptibles d'agir dans la reformulation de leurs produits, puisque 82% d'entre elles auraient modifié leurs produits ou commercialisé de nouveaux articles en 2008.

Ces deux études brossent le tableau d'un secteur agroalimentaire qui répond aux besoins de santé publique à un rythme remarquable, compte tenu de sa nature extrêmement fragmentée.

Ensemble pour le bien des consommateurs

Les consommateurs ont besoin d'informations claires afin d’opter pour les meilleurs choix alimentaires. Ici aussi, l'enquête de 2008 montre que dans ce domaine, l'industrie fait de réels progrès. La majorité des produits emballés présentent effectivement déjà des informations à destination du consommateur. Parmi les différents systèmes d'information nutritionnelle utilisés, la CIAA soutient les GDA: a l’heure actuelle, près de 70% des grandes entreprises l'utilisent déjà et un nombre croissant de petites entreprises leur emboîtent le pas.

Ces efforts de l'industrie font partie d'un engagement pris par la CIAA envers la Commission européenne en 2005, en vertu de la plateforme européenne d'action sur l'alimentation, l'activité physique et la santé, visant à réduire les maladies liées au mode de vie (telle que l'obésité, par exemple). Etant donné le caractère multi-facettes de ce problème, une coopération de nombreux acteurs de la société s’impose. La force de cette plate-forme est donc de réunir les parties prenantes telles que les régulateurs, les professionnels de la santé, les ONG et les industries afin de discuter et d’opter pour les mesures clés nécessaires pour relever ce défi.

La tendance révélée par l’étude menée en 2008 est encourageante. Les petites et grandes entreprises adoptent des comportements qui démontrent leur engagement envers le programme de l'Union Européenne. En conséquence directe de ces initiatives, les industries agroalimentaires européennes proposent un choix toujours plus grand de produits comportant des informations de plus en plus claires pour le consommateur et sous la forme de plus petites portions.

La CIAA prévoit que le nombre d’entreprise prenant de telles initiatives va encore s’accroître dans les prochaines années, les effets de la crise financière se dissipant peu à peu, l'incertitude juridique levée et la pression des pairs opérant sa magie. Les consommateurs, pourront donc bénéficier au cours des années à venir d'un éventail de plus en plus grand d'options pour gérer correctement leur alimentation.

(Par Adrien Loreis, diététicien, d'après Confederation of the food and drink industries in the EU. "Industry remains active in fight to tackle lifestyle-related diseases despite crisis".)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s