Les Français se mettent à table

lu 2919 fois

Après INCA 1 en 1999, voici INCA 2, deuxième étude Individuelle Nationale des Consommations Alimentaires (INCA) réalisée par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA). Entre fin 2005 et avril 2007, elle a étudié la consommation alimentaire de plus de 4000 enfants et adultes résidant en France métropolitaine. Les Français ont amélioré leur situation nutritionnelle, mais ils ne sont pas encore parfaits...

« Les Français se mettent à table » - Crédit photo : www.perigueux.u-bordeaux4.fr Aujourd’hui, les apports énergétiques moyens d’une femme sont de l’ordre de 2.200 calories par jour et de 2.500 pour un homme. Les femmes consomment plus de produits laitiers frais, de poisson, de fruits, de boissons non alcoolisées. Plus de produits sucrés aussi : biscuits, pâtisseries, gâteaux... Plus de glaces et plus de chocolat. Les hommes sont plus amateurs de viande, de charcuterie, de pommes de terre. Ils grignotent plus de fruits secs et boivent plus de boissons alcoolisées. Chez les enfants et les ados, les garçons mangent plus que les filles. Notamment plus de céréales, de féculents, de produits laitiers, de viande. Et aussi plus de snacks...

Pour tous, les différences régionales persistent. Le Nord et l’Ouest ont une passion pour le beurre. Le Sud raffole des légumes. Côté laitages, l’Ouest privilégie le lait, les produits laitiers frais et les entremets. Alors que l’Est demeure prioritairement attaché au fromage. Globalement, la manière de se nourrir observée avec INCA 2 est en progrès depuis INCA 1. Les apports caloriques se sont stabilisés. Chez les moins de 14 ans, ils ont même connu une diminution sensible. La consommation de fruits a augmenté chez les adultes et les adolescents. La consommation de sel a diminué. La consommation de boissons alcoolisées a diminué chez les adultes. Pourtant, l’alimentation des Français reste encore trop pauvre en fibres et trop riche en graisses. Du fait sans doute de l’abus de produits transformés, de plats préparés et de snacks, grands fournisseurs de gras sucré et de gras salé...

Ce sont les jeunes générations qui ont le plus recours à ces produits tout prêts. Elles font moins la cuisine que leurs aînés, plus volontiers consommateurs de produits bruts (oeufs, poisson, fruits et légumes...) et d’aliments traditionnels comme le pain le fromage, les soupes... Rassurant : le rythme des trois repas par jour (+ éventuellement un goûter) tient bon, avec toutefois des différences entre les classes d’âge. Les ados et les jeunes adultes ont plus tendance à négliger le petit déjeuner. Mais le repas reste un moment important de convivialité, que l’on partage avec la famille, les amis ou les collègues.

Reste qu’un adulte sur cinq (les femmes deux fois plus que les hommes) succombent à la tentation des compléments alimentaires. Un enfant sur dix aussi y est soumis. Les cures de « compléments » ont surtout lieu en hiver, prescrites par des médecins ou conseillées par des personnels de santé.

Enfin, moins de la moitié des jeunes et des adultes ont un niveau d’activité physique qui leur permette d’obtenir des bénéfices pour leur santé. Un adulte sur quatre et un adolescent sur cinq ont même un niveau faible. Pour l’exercice, les femmes et les jeunes filles sont à la traîne et ce sont elles qui ont vraiment le plus d’efforts à faire pour « se bouger » !

(À-propos n° 25 - AFSSA)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s