Les Français ne consomment pas assez de fruits et légumes

lu 6470 fois

La consommation de fruits et légumes en France est en moyenne de 350 grammes par jour, inférieure aux 400 g quotidiens recommandés par l'OMS (1990 et 2003). La distribution des quantités consommées indique qu'environ 60% des individus adultes se situent en dessous de ce repère.

Exprimée en fréquence de consommation, « au moins 5 fruits et légumes par jour », la recommandation portée par le PNNS 1 n'est de fait suivie que par une très faible fraction de la population (moins de 5% des adultes d'après l'enquête INCA 1, de l'ordre de 10% d'après le Baromètre Santé Nutrition). Les différentes enquêtes font également ressortir des proportions élevées de petits consommateurs (moins de 3,5 portions par jour). Ces différentes observations, jointes au constat de la quasi-stationnarité de la consommation depuis la fin des années quatre-vingt dix, sont à l'origine des recommandations du deuxième Plan national nutrition santé PNNS 2 relatives à l'augmentation de la consommation des fruits et légumes.

La différence entre ces deux estimations provient de la taille des portions : l'équivalence entre les deux repères (400 g et 5 portions) suppose une portion théorique de 80 g, chiffre qui ne correspond pas à la taille de la portion effective en France (130-170 g pour les adultes d'après l'enquête INCA 1). Quel que soit le repère considéré, certaines fractions de la population apparaissent sous-consommatrices de fruits et légumes : il s'agit principalement des ménages disposant de faibles revenus et des jeunes.

La consommation des fruits et légumes augmente fortement avec l'âge. Elle atteint un maximum entre 55 et 65 ans, et décroît ensuite. Cet effet de l'âge se double d'un effet de génération très significatif pour les consommateurs nés à partir de la fin des années cinquante. Les achats significativement plus faibles, à tous les âges, des ménages appartenant aux générations les plus récentes, sont porteurs à terme d'une baisse durable de la consommation, si rien n'est fait pour infléchir les tendances observées.

Estimer la consommation de fruits et légumes : une tâche délicate

Du fait de la multiplicité des produits et des sources d'approvisionnement, la consommation réelle de fruits et légumes est difficile à mesurer. En France, les données de référence sont celles de l'enquête INCA, réalisée sur un échantillon représentatif d'individus enregistrant leur consommation personnelle pendant une semaine. Les derniers chiffres disponibles actuellement sont ceux de l'enquête de 1998-99 (INCA 1). Ils indiquent une consommation moyenne de l'ordre de 350 g/personne/jour.

Les données de l'enquête INCA 2 seront publiées en décembre 2007. Les résultats de l'enquête CCAF (Comportement et Consommation Alimentaire en France), réalisée en 2002-2003 avec la même méthodologie sur un échantillon légèrement plus petit, concluent à une baisse de la consommation.

Les données publiées par l'interprofession montrent une tendance à la diminution des quantités de produits frais achetées par les ménages. Les achats de fruits et légumes transformés augmentent, mais la consommation effective correspondante dépend de la composition des produits, qui n'est pas toujours connue avec précision.

Les données sur les disponibilités globales tirées des bilans alimentaires et de la Comptabilité Nationale indiquent, depuis la fin des années 1990, une stabilité de la consommation totale de légumes et une légère hausse de celle des fruits. L'ensemble de ces estimations suggère que la consommation de l'ensemble des fruits et légumes fluctue autour d'une moyenne qui ne varie probablement pas beaucoup.

(Expertise scientifique collective INRA "Les fruits et légumes dans l'alimentation : enjeux et déterminants de la consommation" - 13 novembre 2007)

SOURCE : Service Presse INRA

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s