Les Français ne consomment pas assez de fibres alimentaires

lu 8737 fois

Trois ans et demi après son lancement, 235 016 internautes se sont déjà inscrits au programme de recherche national NutriNet-Santé. Grâce au système de recueil et d'analyse de 264 564 enquêtes alimentaires via Internet, l’étude NutriNet-Santé offre l’opportunité de connaître, de façon précise, les apports en fibres alimentaire dans la population française.

Les fibres alimentaires sont un ensemble complexe de polysaccharides issus des parties comestibles des plantes, qui ne sont ni digérées, ni absorbées dans l’intestin grêle.

Les aliments de type complet (pain complet et pains spéciaux riches en fibres, pâtes complètes, riz complet), les légumes secs (pois chiches, lentilles, etc.) et les fruits et légumes sont particulièrement riches en fibres.

Les effets protecteurs des fibres sur les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, le cancer colorectal, le surpoids et l'obésité sont de mieux en mieux connus et des recommandations ont été émises quant à la consommation de fibres pour la santé.

En France, l’ANSES recommande de consommer 25 g/j de fibres, et si possible 30 g/j. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande de favoriser autant que possible les aliments céréaliers complets.

Les apports de fibres dans l’alimentation des Français

Les apports en fibres observés dans NutriNet-Santé (environ 20 g/j chez les hommes et 18 g/j chez les femmes) sont nettement en deçà des recommandations, ce qui est préoccupant en termes de santé publique. En effet, il est aujourd’hui admis qu’un apport insuffisant en fibres augmente le risque de maladies cardiovasculaires, d’obésité, de diabète de type II et de cancer colorectal.

Seuls 22% des hommes et 12% des femmes atteignent le seuil de 25 g/j (minimum recommandé) et seuls 10% des hommes et 4% des femmes atteignent le seuil de 30 g/j (seuil optimal recommandé).

En dehors des différences entre hommes et femmes, les apports en fibres augmentent avec l’âge et le revenu. Ils sont plus élevés chez les agriculteurs, les cadres et les titulaires d’un BAC+2 que chez les employés, les ouvriers, les titulaires d’un BAC professionnel, ou les personnes sans diplôme, révélant ainsi des inégalités sociales. Les apports en fibres sont également moins élevés chez les hommes en surpoids ou obèses.

Les groupes d’aliments qui contribuent le plus à l’apport en fibres dans l’alimentation des Français sont les légumes, le pain et les biscottes et les fruits. Les légumes secs et les aliments complets tels que le riz complet ou les pâtes complètes, bien que riches en fibres et ayant une bonne qualité nutritionnelle sont encore trop peu consommés par les Français.

Les hypothèses scientifiques sur l’impact de la consommation de fibres sur la santé sont nombreuses et les enjeux de santé publique majeurs. Avec un nombre suffisant de volontaires et un suivi sur plusieurs années, l’étude NutriNet-Santé permettra d’étudier les effets des différents niveaux d’apports en fibres et des différents types de fibres sur les maladies cardiovasculaires, l’obésité, le diabète de type II, le cancer colorectal, mais également sur les autres cancers, la cognition, l’immunité… : l’appel aux volontaires pour participer à l’étude NutriNet-Santé continue.

Pour en savoir plus, consulter les résultats préliminaires plus complets de cette étude.

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s