Les Français mangent mieux et grignotent moins, mais... consomment encore trop de produits sucrés et ne bougent pas assez !

lu 4139 fois

C'est ce qu'il ressort de 12 années d'habitudes alimentaires passées au crible par l'INPES à travers les résultats du Baromètre santé nutrition 2008, troisième vague d’une enquête téléphonique initiée en 1996 et menée également en 2002 pour décrypter le contenu de l’assiette et du verre des Français, la composition de leurs repas, leurs connaissances et perceptions en matière d’alimentation et d’activité physique.

« Les Français mangent mieux et grignotent moins, mais... consomment encore trop de produits sucrés et ne bougent pas assez ! » - Crédit photo : www.inpes.sante.fr Les résultats laissent apparaître un certain nombres d'évolutions : la connaissance des repères de consommation du Programme National Nutrition Santé (PNNS) a progressé favorablement, les Français grignotent moins mais mangent davantage de plats tout prêts, leur niveau d’activité physique reste insuffisant, ils déclarent plus qu’avant manger de façon équilibrée et plus variée. Ils surveillent donc mieux leur alimentation, tout en surveillant de près leur budget alimentaire, sans sacrifier le plaisir gustatif. Mais le facteur prix reste un frein à la consommation de certains produits (fruits et légumes) et malheureusement celui-ci est bien devenu le critère essentiel de choix de ses aliments.

Alimentation : représentations et principales tendances de consommation

Entre 1996 et 2008, la représentation de l’acte alimentaire a fortement évolué. En 1996, « manger » représentait pour les adultes un « acte indispensable pour vivre ». En 2008, c’est le plaisir gustatif qui est évoqué en premier par plus d’un quart de la population et, pour plus de neuf personnes sur dix, faire la cuisine est à la fois synonyme d’alimentation saine et de convivialité.

Depuis 1996, la structure des repas s’est simplifiée et les Français consomment un nombre de plats moins important par repas. Désormais, au déjeuner davantage d’entre eux mangent deux plats (33,1 %) et au dîner, davantage mangent seulement un plat (19 %). Ils continuent majoritairement à manger à leur domicile : 92,7 % y prennent le petit-déjeuner, 65 % le déjeuner et 87,2 % le dîner. Le fait de manger seul est en augmentation depuis 2002.

L’habitude de mettre des matières grasses ou du sel sur la table a diminué ainsi que le grignotage ; ce dernier concernait 8,8 % des Français interrogés en 2002 contre 5,6 % en 2008. La consommation de boissons sucrées passant de 19,5 % à 22 % entre 2002 et 2008 a en revanche augmenté. Tout comme la proportion de personnes déclarant avoir consommé un plat tout prêt au moins une fois par semaine est passée de 32,2 % en 2002 à 47,3 % en 2008.

Activité physique : 58 % des Français n’atteignent pas un niveau d’activité physique favorable à la santé

57,5 % des personnes de 15 à 75 ans n’atteignent pas un niveau d’activité physique d’une durée et d’une intensité suffisante pour entraîner des bénéfices pour la santé selon les références internationales. 33,8 % des femmes et 51,6 % des hommes atteignent ce niveau favorable à la santé.

C’est au travail que les Français pratiquent près de la moitié (46,6 %) du temps qu’ils réservent en temps normal à l’activité physique. 28,3 % du temps est consacré à l’activité physique pour se déplacer et un quart du temps (25,3 %) à l’activité physique de loisirs.

(Communiqué INPES du 26 janvier 2010 d'après l'étude : Escalon H., Bossard C., Beck F. dir., Baromètre santé nutrition 2008. Saint-Denis, coll. Baromètre santé, 2009 : 424 p.)

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s