Les Français face à l’alimentation : ce qui a changé l’an dernier

lu 4924 fois

Depuis 4 ans, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) analyse les habitudes et les dépenses alimentaires des Français. Les conclusions de l’enquête menée en 2009 pour le ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 personnes sont plutôt encourageantes. Il y aurait une tendance à la « reprise »...

« Les Français face à l’alimentation : ce qui a changé l’an dernier » - Crédit photo : www.lepoint.fr En 2007 et 2008, la crise se faisait sentir. Les produits alimentaires étaient devenus plus chers et la priorité était donnée au prix des achats. La situation a changé durant l’été 2009, moment où le Credoc a fait son enquête. L’inflation a marqué le pas et les prix alimentaires ont baissé de 1,7 %.

Ce qui aurait déjà quelques effets. Si le prix reste le premier critère de choix d’un magasin, d’autres critères sont en hausse. Comme la variété des produits et la renommée des magasins, qui progressent légèrement. La fréquentation des hyper et supermarchés augmente à nouveau. Celle des magasins de hard discount, qui avait beaucoup augmenté (de 9 % en 2007 et 15 % en 2008) se stabilise, avec une clientèle aux revenus modestes.

La qualité des aliments et l’origine régionale sont également recherchées. On se préoccupe de production « durable » et de proximité. On demande des garanties d’environnement, on s’inquiète du bien-être animal. Le nombre des personnes qui disent qu’elles accepteraient de payer plus cher pour des raisons liées à l’écologie ou au commerce équitable est en augmentation.

Enfin, on n’oublie pas le goût, ni le plaisir. Des critères en progression dans les choix alimentaires. Tout comme celui de la santé, même s’il est loin d’être parfaitement maîtrisé. Le repère des « 5 fruits et légumes par jour » est le plus connu, mais les autres recommandations nutritionnelles (comme par exemple « 3 produits laitiers par jour ») sont encore insuffisamment intégrées par le consommateur.

Pourtant, en même temps, ce dernier semble faire de plus en plus faire confiance aux pouvoirs publics : aux ministères concernés par l’alimentation et la santé, aux organismes de recherche, de contrôle et d’alerte... Leur image, plutôt bonne, s’améliore encore. Les Français cherchent à être rassurés : sur l’évolution des prix, mais aussi sur la qualité de l’alimentation. Pour qu’elle soit bonne au goût et bonne pour la santé.

Enfin, le regain d’intérêt pour la cuisine se confirme. A travers les cours et ateliers de cuisine, les émissions de télé... Cuisine loisir ? Souci de récupérer une tradition qui s’efface ? Par rapport à l’alimentation, les plus jeunes sont aussi les plus économes de leur temps. Le souhait d’une cuisine simple, rapide et pas chère est largement partagé.

(Bimagri n°1541 novembre/décembre 2009, p. 6-7)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s