Les Français et le gaspillage alimentaire

lu 3464 fois

En France, le gaspillage alimentaire est estimé à 20 kg de déchets par an et par Français. Le Parlement Européen appelle les gouvernements à réduire de moitié le gâchis alimentaire d'ici à 2025, au regard de l'impact environnemental et des nombreux problèmes économiques, éthiques, sécuritaires et sociaux que ce phénomène engendre. Dans le cadre d'une enquête exclusive (*), TNS Sofres a interrogé les Français sur les rapports qu'ils entretiennent avec le gaspillage alimentaire dans leurs foyers.

Le gaspillage alimentaire : une réalité mais surtout chez les autres

Les Français ont conscience du gaspillage alimentaire ; pour 54% d'entre eux, le réduire est une action très importante à faire quotidiennement, priorité numéro 2 après les économies d'eau (55%) et avant le recyclage des déchets (52%). Préoccupés par le sujet, 57% des Français en parlent avec leur famille, leurs proches ou leurs collègues et 76% estiment que l'on ne parle pas ou pas suffisamment du gaspillage alimentaire dans la publicité.

Pour près de 6 Français sur 10, gaspiller des aliments revient avant tout à « jeter de l'argent par les fenêtres ».

Paradoxalement, les Français n'ont pas le sentiment de contribuer eux-mêmes à ce gaspillage :

  • En effet, deux tiers des Français estiment être en dessous de la moyenne nationale des 20Kg de déchets par personne et par an ; une moyenne qui ne choque d'ailleurs pas les Français puisque 30% estiment que ce chiffre est moins élevé que ce qu'ils auraient pensé. De même, sur une note de 1 à 7 (1), les Français estiment que le niveau de gaspillage alimentaire de leur propre foyer se situe à 2, 6 vs 5,1 pour l'ensemble des Français en général. Autrement dit, chacun a l'impression de gaspiller un peu, mais que les autres gaspillent davantage.
  • Ils estiment en effet avoir déjà un comportement adéquat vis à vis du gaspillage alimentaire : 94% vérifient les dates limite de consommation et veillent à respecter la chaîne du froid, 89% congèlent les restes, 87 % les cuisinent, 86 % utilisent des boites hermétiques, 75% sensibilisent leur famille au phénomène.

Le gaspillage alimentaire : un phénomène bien inscrit dans le mode de vie des Français

L'étude révèle que le gaspillage alimentaire est une réalité quotidienne pour les Français : tous gaspillent, pour les mêmes raisons, et les produits les plus jetés sont ceux qui sont les plus périssables.

  • Les produits les plus jetés sont à l'évidence ceux qui se conservent le moins : 31 % des Français déclarent jeter des restes de repas et plats non terminés au moins une fois par mois (2), 21% jettent des fruits et 19% des légumes.
  • Sur l'exemple du pain, 28% des Français en jettent au moins 1 fois par mois. Mais selon les tranches d'âge, certains gaspillent plus que d'autres : 43% des foyers de 4 personnes jettent du pain au moins 1 fois par mois, ils sont 38% à le faire chez les 18-24 ans, 36% chez les 25-35 ans et, 35% chez les CSP +.
  • Les produits moins jetés sont logiquement ceux qui se conservent le plus longtemps : 82% des Français ne jettent jamais de produits secs (farine, riz...), 80% de boissons alcoolisées, 78% de conserves et 75% de boissons non alcoolisées.

Autre enseignement, le gaspillage n'est pas dû à une méconnaissance des dates de péremption ni à un trop grand zèle à leur égard.

  • Les Français ont une bonne connaissance théorique du rôle des dates de péremption puisque 78% savent que cette date est informative et qu'il est possible de consommer le produit une fois cette date dépassée mais sans garantie de fraîcheur.
  • Mais en pratique, 55% des Français jettent des produits parce que la date de péremption est dépassée. Ce comportement fait néanmoins sens avec la nature des produits et ne montre pas d'excès de zèle : 50% arrêtent de consommer la viande et la charcuterie préemballée dès que la date de péremption est dépassée, 41% continuent à la consommer quelques jours après cette date ; 37% arrêtent pour les plats préparés prêts à consommer et 53 % continuent. Sur les produits laitiers, 13% arrêtent dès que la date est dépassée et 74% continuent quelques jours après la date indiquée.

Le gaspillage semble donc dû prioritairement à une mauvaise gestion du réfrigérateur au quotidien et au mode de vie des Français. Auprès des Français qui jettent, 55% le font pour l'aspect du produit (produit abîmé : 30%, mauvais goût, mauvaise odeur : 21%, emballage abîmé, produit dégradé : 4%), 29% le font à cause de la date de péremption et 14% parce qu'ils ont acheté/cuisiné en trop grande quantité.

Ce qu'il faut retenir de l'étude TNS Sofres

  • 54% des Français considèrent que réduire le gaspillage alimentaire est une action très importante à faire au quotidien. 57% parlent du sujet avec leur entourage.
  • Pour près de 6 Français sur 10, gaspiller des aliments revient avant tout à « jeter de l'argent par les fenêtres »
  • Les Français estiment déjà avoir un comportement adéquat vis-à-vis du gaspillage alimentaire. Deux tiers estiment être en dessous de la moyenne nationale des 20Kg de déchets par personne et par an.
  • Le gaspillage alimentaire est une réalité quotidienne pour les Français : 43% des foyers de 4 personnes jettent du pain au moins une fois par mois.
  • 78% des Français savent que la date de péremption est informative mais 55% des Français jettent des produits parce que cette date est dépassée. Un acte qui varie selon la nature des produits.
  • Le gaspillage semble dû prioritairement à une mauvaise gestion du réfrigérateur au quotidien et au mode de vie des Français.

(1) Note de 1 à 7 : 1 signifiant un faible gaspillage faible et 7 le gaspillage le plus important.

(2) Vous arrive-t-il de jeter les produits suivants... Au moins une fois par semaine / 2 à 3 fois par mois /1 fois par mois /1 fois tous les 2 à 3 mois / Moins souvent / Jamais / Je n'en achète ou consomme pas

(*) Etude réalisée sur un échantillon représentatif de 820 individus interrogés On Line sur un panel d'internautes du 6 au 13 avril 2012. Individus issus d'un échantillon national représentatif de 18 ans et plus. La représentativité est assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, PCF de la personne de référence du foyer et région UDA 5).

SOURCE : TNS Sofres

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s