Les Français et la consommation de produits frais

2838 Réagir

Les Français et la consommation de produits frais

Les fruits et légumes n’ont jamais été aussi chers que l'été dernier selon l’Observatoire des prix « fruits et légumes » été 2016 de Famille Rurale. Bizerba, leader des solutions technologiques dédiées aux rayons frais, a mandaté l’institut OpinionWay pour étudier les habitudes de consommation de produits frais par les Français, leurs parcours d’achats et le budget alloué. Si consommer 5 fruits et légumes par jour reste fondamental, l'enquête (*) exclusive révèle que c'est un luxe assez difficile à s'offrir...

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM

Débloquez cette page avec Multipass

Une consommation stable ou en augmentation, fondée sur l’association des produits frais à un mode de vie sain

Un Français sur trois (34%) déclare aujourd’hui manger davantage de produits frais qu’il y a cinq ans, signe de la progression de leur consommation. Seuls 17% estiment aujourd’hui consommer moins de produits frais, et, pour 49%, leur consommation est restée stable.

A l’inverse, les personnes ayant réduit leur consommation de produits frais (17% de l’ensemble) s’avèrent plus nombreuses au sein des catégories populaires (24% chez les ouvriers contre 9% chez les cadres), ou les personnes aux revenus les moins élevés (26% en dessous de 2000€ par mois, 11% au-delà). Il s’agit également davantage de jeunes Français (23% chez les jeunes âgés de 18 à 24 ans contre 17% au-delà de 35 ans), dont la situation est souvent plus instable (étudiants, premier emploi, etc.) témoignant encore du rapport étroit entre consommation de produits frais et niveau de vie.

Finalement, le rapport double qu’ont les Français face à la consommation de produits frais trouve l’une de ses matérialisations les plus signifiantes dans l’impact de la perception de la campagne de santé publique encourageant les Français à consommer au moins cinq fruits et légumes par jour.

Des produits frais perçus comme trop chers, quels qu’ils soient

En moyenne, les Français dépensent 182 € par mois dans l’achat de produits frais, un budget moyen qui varie largement selon la nature des ménages.


Cependant, quel que soit leur niveau de revenus, les Français ont tendance à considérer que les produits frais sont trop chers.

Pour les Français, les déclencheurs d’achats spontanés pour les produits frais s’articulent autour d’un trio de valeurs : le sentiment de qualité dégagé par le produit, son aspect visuel ainsi que son prix.

L’importance de ce facteur prix est également à distinguer dans les facteurs qui découragent l’achat d’un produit frais, au sein du même trio de valeur complété par le sentiment de qualité et l’aspect visuel.

Dans la consommation de produits frais, les grandes et moyennes surfaces sont privilégiées

Toutes les enseignes ne sont pas égales dans leur capacité à développer l’envie de produits frais des consommateurs in situ dans le magasin ou sur le site internet, qu’il s’agisse de déclencher totalement l’acte d’achat ou d’encourager des achats plus importants que ceux envisagés.

Les grandes et moyennes surfaces (GMS) apparaissent comme le premier centre d’achat envisagé par les Français pour les produits frais, que ce soit pour le fromage (78%), les produits de charcuterie-traiteur (75%), le poisson (74%), la viande (68%) et les fruits et légumes (67%). Seuls les produits de boulangerie résistent à la suprématie des GMS, et la boulangerie traditionnelle indépendante demeure le premier centre d’achat de ces produits (63%, les GMS représentant le second centre 42%).

La popularité des grandes et moyennes surfaces dans l’achat de produits frais repose en partie sur la confiance qui est accordée à ces enseignes pour garantir de bonnes conditions de consommation.

Le conditionnement des produits frais fait l’objet d’un débat

Le conditionnement des produits frais apparaît également comme un facteur clé du parcours d’achat, les Français ayant des perceptions nettes des qualités qu’ils prêtent aux produits en vrac, à la coupe ou en vente servie d’une part, et aux produits frais pré-emballés d’autre part.

Les Français pourraient être prêts à faire entrer de nouvelles technologies ou services dans leur consommation.

En conclusion, cette étude révèle quelques grands enseignements

La consommation de produits frais est stable ou en augmentation en France et jouit d’une représentation très positive, associée à l’adoption d’un mode de vie sain qu’il faut adopter ou vers lequel il faut tendre.

Les grandes et moyennes surfaces constituent le premier canal d’achat des produits frais, symboles à la fois de qualité, de choix, de respect des normes et d’un avantage prix déterminant dans l’achat.

Elles doivent néanmoins développer encore le plaisir de l’expérience d’achat, encore faibles face aux canaux traditionnels concurrents (marchés ou commerces indépendants).

(*) Le « Sondage OpinionWay pour Bizerba » a été réalisée auprès d’un échantillon de 1101 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les interviews ont été réalisées du 27 au 29 juillet 2016 par questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview).

SOURCE : Bizerba