Les Français boudent les produits laitiers

lu 8879 fois

Les ventes en France ne sont plus le moteur de l'industrie laitière. La consommation française de produits laitiers diminue depuis la fin des années 1990, avec une petite rémission en 2006. Elle représente l'équivalent de 371 kilogrammes de lait entier par habitant en 2006, soit plus d'un kilogramme par jour. Cette quantité représente 7 % de consommation en moins depuis 1997.

« Depuis 1997, la consommation de produits laitiers a baissé de 7% en France » Plusieurs facteurs expliquent ce repli : moins d’achats de produits laitiers, une préférence pour les produits allégés et des prix en hausse. La baisse porte principalement sur la consommation de laits liquides conditionnés en recul de 20 % en équivalent lait entier de 1997 à 2006. Les achats de beurre diminuent aussi de 12 %. La consommation de fromages est stable sur ces neuf années mais recule en fin de période. Celle de yaourts augmente de moitié entre 1997 et 2006, et la consommation de desserts lactés frais augmente de 70 %.

Face à un marché intérieur atone, les industriels s’appuient en priorité sur les exportations. Vecteur de développement pour les fromages et les yaourts, les marchés extérieurs ne sont qu’une variable d’ajustement pour des fabrications à faible valeur ajoutée comme le beurre et la poudre de lait.

« Source : Agreste - Bilans lait »

Moins de fromages

De 1980 à 2000, la consommation de fromages progresse de plus de 30 % passant de 18 kilogrammes de fromages par an et par habitant à 23,5 kilogrammes en 2000. Plus forte en début qu’en fin de période, la croissance s’interrompt en 2001 et aboutit à une consommation de 23 kilogrammes par habitant en 2006. Scénario plus marqué pour les yaourts. La consommation de yaourts passe de 9 kilogrammes en 1980 à 21 kilogrammes en 2004 et stagne depuis.

Les Français consomment à l’inverse de moins en moins de laits conditionnés : 60 litres par personne en 2006 contre 75 au début des années quatre-vingt. La baisse est tout aussi forte pour le beurre. Les achats portent sur 8 kilogrammes par personne en 2006, alors qu’ils atteignaient une dizaine de kilos en 1980.

Multiples raisons

Les habitudes alimentaires des Français évoluent avec le temps. Elles privilégient aujourd’hui les fabrications élaborées aux dépens de produits bruts comme le lait conditionné et le beurre ou encore le pain et la viande. Le poisson et les produits de la mer s’en sortent mieux. Cette évolution incombe en partie aux industriels qui mettent en avant des fabrications à forte valeur ajoutée, à vocation diététique voire médicale comme les « alicaments ».

L’industrie laitière utilise dans ce but de gros budgets. Ses dépenses publicitaires représentaient 12 % de son chiffre d’affaires (Entreprises de 20 salariés et plus de l’industrie laitière hors fromages en 2002), contre 8 % pour l’ensemble des secteurs agroalimentaires. Les consommateurs préfèrent aussi les produits laitiers allégés : lait de consommation écrémé ou demi-écrémé, crème allégée ou fromage frais. Et un kilogramme de fromage frais de vache de 1 à 20 % de matières grasses nécessite moins de lait entier qu’un kilogramme de camembert.

De 1997 à 2006, la crème perd ainsi 18 % de lait entier, les laits de consommation 6 %, les poudres de lait entier ou demi-écrémé ainsi que les fromages 2,6 %. L’évolution des prix influe aussi sur la consommation.

L’indice Insee de l’ensemble « lait, fromages et oeufs » progresse de 13 % entre 1997 et 2006. C’est moins que pour l’ensemble des produits alimentaires, mais les produits laitiers dont les tarifs augmentent le plus sont aussi ceux qui sont délaissés.

Les prix du lait et de la crème s’accroissent de 14 %. Croissance aussi pour les fromages et le beurre dont les tarifs augmentent de 15 %. Ceux des yaourts et des desserts lactés frais progressent de 6 %.

Les Français parmi parmi les gros consommateurs de l’Union

Les Français demeurent de gros consommateurs de produits laitiers. Avec 23 kilogrammes de fromages par habitant en 2004, ils figurent avec les Italiens en haut du palmarès du service statistique de la Commission européenne (Eurostat). Les Grecs, qui en consomment plus de 28 kilogrammes, sont toutefois loin devant. Allemands et Hollandais en mangent autour de 20 kilogrammes.

Les Français sont aussi les premiers consommateurs de beurre en Europe avec 8 kilogrammes par an. Les Allemands se contentent de 6,5 kilogrammes. Britanniques, Belges et Autrichiens en utilisent un peu plus de 4 kilogrammes en 2004. La consommation de beurre est plus faible au sud de l’Europe : moins de 3 kilogrammes en Italie et un seul en Espagne.

Les habitants du Nord de l’Europe sont friands des produits laitiers frais que sont les yaourts et les desserts lactés. Les Hollandais en mangent près de 50 kilogrammes, les Finlandais et Suédois respectivement 41 et 31 kilogrammes, et les Belges 28 kilogrammes. En France, on se contente d’un peu plus de 27 kilogrammes de produits laitiers frais par habitant.

La crème est aussi un aliment prisé au Nord. Danois et Finlandais en consomment respectivement 10 et 8 kilogrammes et les Allemands 7,5. Les Français en utilisent un peu plus de 4 kilogrammes, les Espagnols et les Italiens autour de 2 kilogrammes par an et par habitant.

Finlandais et Suédois sont les premiers consommateurs de laits conditionnés avec 152 et 128 litres par an, suivis des Britanniques qui en utilisent 112 litres. Français, Allemand, Italiens et Belges en consomment un peu plus de 60 litres par habitant et par an.

(Agreste Primeur n°208 - février 2008)

SOURCE : Ministère de l’Agriculture et de la Pêche

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s