Les femmes enceintes doivent limiter leur consommation de caféine

lu 2529 fois

Une nouvelle étude, publiée dans le British Medical Journal, suggère que les femmes enceintes qui ne parviennent pas à réduire leur apport en caféine sont exposées à un risque accru d'avoir un bébé avec un faible poids de naissance.

« Les femmes enceintes doivent limiter leur consommation de caféine » - Crédit photo : www.famili.fr Des chercheurs du Royaume-Uni ont recrutés 2635 femmes à faible risque, enceintes de 8 à 12 semaines. Leur apport quotidien en caféine a été estimé à partir de quatre semaines avant la conception jusqu’à la fin de la grossesse au moyen d’un questionnaire détaillé (comportant toutes les sources alimentaires potentielles, en plus des médicaments et des risques d’intéraction ou de confusion potentiels, comme le tabagisme, la consommation d’alcool et les nausées). Des tests salivaires ont permi d’établir la vitesse d’assimilation de la caféine ainsi que l’exposition à la nicotine de ces femmes.

La consommation moyenne de caféine dans l’ensemble du groupe était de 159 mg / jour, inférieure à la limite de 300 mg recommandé par la Food Standards Agency (FSA) en 2001. L’ingestion de caféine par les femmes enceintes dans cette étude provenait principalement du thé (62%), du café (14%), des boissons à base de cola (12%), et du chocolat (8%).

Les résultats ont montré une association entre retard de croissance foetale et consommation maternelle plus élevé de caféine, même après ajustement concernant le tabagisme et la consommation d’alcool. Une consommation de caféine supérieure à 200 mg / jour pendant la grossesse a été associée à une réduction du poids à la naissance d’environ 60-70 g, avec une tendance significative à une plus grande réduction de poids à la naissance pour une consommation plus élevés de caféine. La relation a été observée tout au long de la grossesse, sans effet de plateau (pas de point où le risque estimé cesse d’augmenter avec l’augmentation de caféine).

Les auteurs ont donc recommandé que les femmes qui souhaitent concevoir un enfant ainsi que celles dèjà enceintes doivent limiter leur apport en caféine. Ces conclusions, ainsi que les résultats d’autres études ont été examinés par des experts indépendants du Comité sur la toxicitéde la FSA, qui a recommandé une Avis de la FSA sur les apports journaliers en caféine pour les femmes enceintes, ainsi que des conseils pour les aider à réduire ce faible risque dans la mesure du possible. La nouvelle limite de recommandation pour la caféine est donc de 200 mg / jour, ce qui équivaut à deux tasses de café instantané ou 2,5 tasses de thé.

Les femmes enceintes qui suivaient le précédent avis, en limitant leur consommation à moins de 300 mg par jour, ne devraient pas être concernés. Non seulement le risque est probablement très faible, mais la l’étude a également montré que la consommation quotidienne moyenne de caféine pendant la grossesse était déjà inférieur à 200 mg, c’est-à-dire autant de femmes enceintes qui ne seront pas affectés par ce changement. Par contre, pour celles qui consomment actuellement plus de 200 mg par jour, il est conseillé de simplement réduire leur consommation de caféine à moins de 200 mg par jour pour le reste de leur grossesse.

Sources et références :

Source : Alexandre Glouchkoff, Diététicien - Nutritionniste

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s