Les enfants et la malbouffe : quand la télé remplit les placards...

lu 7609 fois

Les enfants les plus soumis aux messages télévisés semblent les plus grands consommateurs de produits réputés défavorables à la santé. Une enquête de l’UFC/Que Choisir montre l’omniprésence de la malbouffe sur les écrans, dans les placards, les frigos, et jusque dans les cartables...

En 2006, une enquête de l’UFC/Que Choisir montrait que 89% des spots publicitaires télévisés portaient sur des produits gras salés ou sucrés. Elle trouvait aussi une corrélation entre ces spots TV et le contenu des placards. Aujourd’hui une nouvelle enquête fait le point.

La pub TV : légère amélioration

80% des spots (au lieu de 89% en 2006) concernent des produits trop riches. Dont 32% pour les confiseries, 26% pour la restauration rapide, 11% pour les céréales du petit-déjeuner, 7% les boissons sucrées. Les produits ayant un intérêt nutritionnel se partagent les 20% de temps d’écran restants (contre 13% en 2006). Avec 9% pour les produits laitiers (surtout yaourts et fromages) et une place pour les biscuits à teneur modérée en sucre et en gras, jugés par les enquêteurs acceptables au petit-déjeuner ou au goûter...

Le contenu des placards : aggravation

Au petit-déjeuner, la place des produits trop riches en sucre et en matière grasse augmente : 55% (contre 47% en 2006), avec de plus en plus de viennoiseries (1%), de céréales sucrées « vues à la télé » (31%), 4% de biscuits et 3% de gâteaux trop riches... Les produits nutritionnellement intéressants sont présents pour 45 % : tartines et pain (28%), céréales non sucrées (9 %), biscuits (6 %), avec seulement 2 % pour les produits laitiers et 1 % pour les fruits. L’enquête observe que « le petit-déjeuner traditionnel à base de pain est devenu largement minoritaire. Il fait place à des céréales généralement trop sucrées... »

Au goûter, la consommation de produits trop riches passe de 51% en 2006 à 64% aujourd’hui. Avec une forte progression des biscuits les plus sucrés (22%), viennoiseries (15%) et gâteaux (10%). Les confiseries occupent encore 12%. Reste 36% pour les produits « intéressants », dont 14 % pour des biscuits pas trop sucrés, 10% pour le pain,

8% pour les fruits, 3 % pour les produits laitiers...

Seul progrès, les boissons prises dans la journée. Elles sont convenables pour 71% d’entre elles : eau (41%), jus de fruits (25%), sodas sans sucre (5%). Les boissons riches en sucres ajoutés représentent encore 29%.

Les cartables n’améliorent pas l’ordinaire

Un complément d’enquête mené auprès de 57 classes et 1300 élèves révèle que les produits gras sucrés entrent pour trois quarts dans les denrées alimentaires présentes dans les cartables pour le goûter ou la pause : 33% de confiseries, 24% de viennoiseries et gâteaux, 16% de biscuits gras et sucrés. Les produits plus sains occupent le quart restant : fruits (13%), biscuits (9%), avec seulement 2% pour les tartines et le pain et pratiquement pas de produits laitiers...

Les enfants téléphages surconsomment du gras sucré

Plus ils sont exposés à la pub télé, plus ils mangent de confiseries, viennoiseries, biscuits, sodas... Ils appartiennent aussi plus souvent aux catégories sociales défavorisées, précise l’enquête de l’UFC/Que Choisir les parents étant moins sensibilisés par les messages nutritionnels. (Nutrinews hebdo)

(Enquête UFC/Que Choisir. « Marketing télévisé pour les produits alimentaires à destination les enfants... »)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s