Les diabétiques et les édulcorants

lu 3271 fois

La France compte aujourd’hui plus de 3 millions de diabétiques, particulièrement sensibles à la qualité de leur alimentation, en particulier le contrôle de leur consommation de sucres. L'Association Française des Diabétiques (AFD) et l'ISA France (Association Internationale pour les Edulcorants) ont voulu savoir comment les édulcorants intenses peuvent aider ces malades dans la gestion de leur diabète et, par delà la thérapie, contribuer à faciliter leur vie sociale.

Les résultats de cette enquête CSA pour AFD-ISA (*) totalement inédite sur les habitudes de consommation des produits avec édulcorants chez les diabétiques ont été présentés à l’occasion de la Journée Mondiale du diabète le 14 novembre 2012.

Cette enquête révèle ainsi que 78 % des diabétiques consomment des produits avec édulcorants, que 88% d’entre eux estiment qu’ils leur sont utiles et que 46% des consommateurs diabétiques ont suivi la recommandation de leur médecin. D'autre part 63% des consommateurs diabétiques recourent aux produits avec édulcorants une à plusieurs fois par jour.

Pour 2,5 millions de diabétiques, les édulcorants sont une aide dans la gestion de leur diabète

L’usage des produits avec édulcorants est très courant chez les personnes diabétiques puisque 78% d’entre elles en consomment. Cette consommation s’inscrit dans leur régime alimentaire quotidien pour 63% (une à plusieurs fois par jour). « En tant qu’association de patients, nous étions conscients du nombre important de consommateurs d’édulcorants parmi les diabétiques et étions régulièrement sollicités sur la question. Une étude comme celle-ci n’avait jamais été faite, elle nous a donc intéressé parce qu’elle apportait des réponses aux interrogations de la communauté », M. Gérard Raymond, président de l’AFD, Association Française des Diabétiques.

Par ailleurs, cette enquête démontre que la moitié des diabétiques sont devenus utilisateurs après le dépistage de leur maladie et, parmi ceux qui en utilisaient déjà, 36% ont augmenté leurs habitudes de consommation suite au dépistage.

« Je suis diabétique depuis l’âge de 8 ans et je vais en avoir 60, j’ai donc 52 années de diabète derrière moi. J’utilise des édulcorants depuis près de 20 ans. Consommer des produits édulcorés ne me pose pas de problème : c’est plus simple, ça facilite la vie et en même temps cela me permet de maintenir ma glycémie à un taux correct, c’est tout bénéfice », Lucette, diabétique de type 1.

Si 64% des diabétiques consommateurs déclarent utiliser ces produits de leur propre initiative, ils sont également 46% à avoir suivi les recommandations d’un professionnel de santé (médecins spécialistes ou généralistes) pour les guider dans leur choix.

« Les édulcorants font partie de l’arsenal thérapeutique dont nous disposons pour gérer le diabète. Imaginer faire rompre totalement un diabétique avec le sucre est un leurre absolu ! Le goût sucré est inscrit dans notre cerveau archaïque. Nous avons besoin d’outils pratiques et pragmatiques pour permettre à nos patients de contrôler leurs apports en sucres. Les édulcorants sont un instrument indispensable au mode de vie du diabétique et à l’acceptation de sa pathologie. Si nous n’avions pas cet outil là, nous serions très démunis pour faire accepter aux patients des modifications drastiques de comportement alimentaire », Dr Pierre Azam, endocrinologue.

46% des diabétiques invoquent le plaisir du goût sucré et 36% la convivialité pour justifier la consommation d’édulcorants intenses

L'enquête menée par l'AFD et l'ISA France a également démontré l'importance des édulcorants intenses dans la qualité de vie des patients. Les diabétiques consomment des produits à base d’édulcorants sous différentes formes : sucrettes, boissons, confiseries, produits laitiers, etc.) et pour 81% des consommateurs d’édulcorants, ceux-ci constituent une aide quotidienne dans la gestion de leur pathologie.

« Le plaisir et la convivialité sont des éléments majeurs dans la gestion du diabète. La thérapie ne se résume pas à la stratégie médicamenteuse, l’équilibre d’une personne atteinte de diabète intègre aussi l’équilibre nutritionnel, l’activité physique, la qualité de vie et la possibilité de vivre comme tout le monde », M. Gérard Raymond, président de l’AFD, Association Française des Diabétiques.

Les produits avec édulcorants permettent de rendre moins contraignante la discipline alimentaire des diabétiques en conservant la notion de plaisir liée au goût sucré (motivation à la consommation de 46% des diabétiques consommateurs). Ils autorisent également les diabétiques à préserver leurs habitudes de sociabilité en consommant les mêmes aliments que leur entourage que ce soit à la maison pour 97% d’entre eux ou chez des amis, au restaurant ou encore au travail pour 54%.

« Lorsque je fais un dessert, je remplace le sucre par de l’aspartame, et je partage ce dessert avec ma famille ou mes invités. La convivialité reste entière et je ne suis pas obligée de cuisiner à part pour moi », Lucette, diabétique de type 1.

L’absence d’offre de produits disponibles représente d’ailleurs une contrainte pour les diabétiques consommateurs d’édulcorants : 57% d’entre eux rencontrent des difficultés à faire un choix lors d’un repas ou d’un apéritif s’ils n’ont pas accès à ces produits, notamment pour les plus jeunes.

« Plus on a d’outils qui permettent que la vie soit simple, vivable, conviviale, plus on arrive à faire passer le message du mode de vie diabétique. La prise en charge hygiénodiététique du diabète est très importante, il nous faut des outils pour « faire comme », pour s’intégrer dans une vie sociale, pour vivre dans son travail, sa vie de famille, sa vie amicale. On l’observe de plus en plus depuis quelques années : les personnes diabétiques se socialisent beaucoup à travers les produits édulcorés », Dr Pierre Azam, endocrinologue.

(*) « Les diabétiques et les édulcorants » - Etude n° 1201364 de l’Institut CSA réalisée pour le compte de l’AFD et de l’ISA France. Etude on-line réalisée du 12 au 21 octobre 2012 auprès de 506 diabétiques de 15 ans et plus, représentatifs de la population des diabétiques en termes de type (Type I et Type II), d’âge et de sexe.

SOURCE : ISA France

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s