Les déséquilibres alimentaires des étudiants révélés par l’enquête USEM sur la santé des étudiants

lu 10076 fois

Les choix alimentaires dans la tranche d'âge charnière 18-25 ans ne sont pas anodins. Les résultats de l’enquête des mutuelles étudiantes régionales de l’USEM sur la santé des étudiants en 2009 révèlent en effet plusieurs facteurs de déséquilibre alimentaire liés notamment à leurs modes de vie, à leurs moyens financiers mais aussi simplement au manque de connaissance des règles de l’équilibre alimentaire.

« Les déséquilibres alimentaires des étudiants révélés par l’enquête USEM sur la santé des étudiants » La santé se construit jour après jour, tout au long de la vie, avec les bénéfices d'une bonne alimentation à court terme : meilleure concentration intellectuelle, tonus, performance physique, meilleur confort digestif, mais également, on sait qu'à long terme, elle permet d'éviter l'apparition des maladies cardio-vasculaires, de cancers, de l'obésité, du diabète...

Nous construisons notre santé avec notre alimentation. "Bien manger ? Une question d'équilibre", c’est manger de tout en quantité suffisante, adaptée et raisonnable. Or, quand on est étudiant, se nourrir rime rarement avec équilibre :

  • entre les petits déjeuners sacrifiés à cause des réveils ratés,
  • les collations trop sucrées et grasses de 10h,
  • les déjeuners se résumant souvent à un sandwich qui ne respecte pas les règles de l’équilibre alimentaire,
  • les grignotages vers 17h et les dîners trop copieux...
Des matins sans petits déjeuners

L'enquête USEM révèle qu’1 étudiant sur 5 ne prend que deux repas par jour. Si pour la plupart des étudiants c'est parce qu'ils n'ont pas faim ou pas le temps (60% à chaque fois), 12% d'entre eux se privent car ils rencontrent des problèmes financiers.

Selon les enquête de l'Observatoire de la Vie Etudiante (OVE), on constate que 44,4 % des étudiants sautent le petit déjeuner en semaine et 34 % le week-end. Cette pratique est plus répandue chez les garçons que chez les filles que ce soit en semaine ou le week-end.

Le petit déjeuner est le repas le plus souvent ignoré des étudiants, alors qu'il permet notamment d'améliorer la concentration et les performances cognitives (*). Sauter le petit déjeuner expose à la perte de contrôle de la sensation de faim et réduit les capacités de concentration. Ce premier repas de la journée a un rôle primordial, après une nuit de jeûne il doit couvrir près d'un quart de besoins énergétiques et nutritionnels.

Le petit-déjeuner doit idéalement se composer :
  • d’une boisson
  • d’un produit céréalier (pain)
  • d’un fruit
  • d’un produit laitier
Si les étudiants manquent de temps ou d’appétit au réveil, ils peuvent prévoir une collation à consommer dans le courant de la matinée.

(*) JM Murphy et coll : « The relationship of school breakfast to psychosocial and academic functioning:cross-sectional and longitudinal observations in an inner-city school sample. » Arch Pediatr Adolesc Med 152:899-907, 1998.

Des fruits et légumes encore trop peu présents

Les principaux enseignements sur les habitudes alimentaires révélés par la dernière édition de l'enquête USEM sur la santé des étudiants en 2009, nous apprennent que bien que 60% des étudiants jugent leur alimentation équilibrée :

  • 95% des étudiants déclarent qu'il leur arrive de grignoter entre les repas.
  • 24% des étudiants ne mangent pas de fruits tous les jours.
  • 35% des étudiants ne mangent pas de légumes tous les jours
  • 14% des étudiants ne mangent ni fruits ni légumes tous les jours.
Chaque jour, plus de 315 000 étudiants ne mangent ni fruits, ni légumes.

Ces données témoignent des carences en glucides complexes et en fibres identifiés chez les jeunes générations. Pour rééquilibrer leurs apports en fibres et glucides complexes, il est important de réintégrer certains aliments simples, accessibles et faciles à consommer comme le pain et les fruits et légumes.

Une demande d'information sur l'équilibre alimentaire

Selon l'enquête de l'USEM, plus de 40% des étudiants souhaitent bénéficier d'actions de promotion de la santé portant sur l'équilibre alimentaire et l'alimentation. C'est pour ces raisons que le CNOUS (Centre National des Oeuvres Universitaires et Scolaires) et l'USEM réitèrent ce partenariat pour une 11ème année consécutive dans le souci partagé de donner les clés aux étudiants du "manger équilibré".

L'acquisition de bonnes habitudes alimentaires tant dans la composition des repas que dans leur fréquence régulière est en effet primordiale : c'est un déterminant majeur du maintien d'une bonne santé. Cette année, les Mutuelles Etudiantes Régionales ont souhaité s'associer à l'Observatoire du Pain afin de sensibiliser les étudiants à l'importance d’intégrer le pain dans une alimentation équilibrée.

La Semaine de l’équilibre alimentaire a pour vocation d’informer les étudiants, non seulement sur les principes d’une alimentation équilibrée, mais aussi et surtout d’inciter concrètement à leur mise en application.

Inciter les étudiants à adopter les règles de l’équilibre alimentaire

Adopter une alimentation saine et variée est trop souvent associé à une perte de temps et à un coût élevé. Les comportements alimentaires perturbés sont fréquents chez les étudiants et les causes en sont multiples :

  • Des difficultés financières,
  • L’absence de petit-déjeuner et la diminution du temps disponible pour la plage du déjeuner, aboutissant à la déstructuration des repas,
  • Une méconnaissance nutritionnelle,
  • Une tendance à la simplification des repas, au « tout préparé »,
  • un décalage entre les connaissances et les comportements (les étudiants sont informés mais n'appliquent pas forcément les principes de l'équilibre alimentaire).

L’évolution des comportements alimentaires

L’étude des Comportements et Consommation Alimentaires des Français (CCAF 2007) réalisée par le Credoc et le volet « habitudes alimentaires » de l’enquête Santé de l’USEM ont démontré une évolution des comportements alimentaires des jeunes marquée par de véritables déséquilibres. On distingue notamment :

  • Une alimentation déstructurée (rythme de consommation alimentaire) reposant sur l’absence de rythme alimentaire (18,1% des étudiants déclarent ne prendre que 2 repas/jour et 37 % des 18/24 ans déclarent sauter un déjeuner ou un dîner par semaine), le grignotage qui concerne 94,1% des étudiants interrogés et la diminution du temps accordé au repas (inférieur à 30 minutes pour plus de 90% des étudiants interrogés)…

  • Des apports nutritionnels déséquilibrés symbolisés notamment par l’abandon de certains aliments simples comme le pain, les fruits et légumes aux bienfaits nutritionnels reconnus au profit de certains produits transformés plus gras et plus sucrés. Ces déséquilibres et le décalage constatés entre l’intention et la pratique peuvent notamment s’expliquer par une méconnaissance des règles de base de l’équilibre alimentaire.

Sensibiliser les étudiants à l’importance de l’équilibre nutritionnel

La vie étudiante représente pour les jeunes une véritable évolution, une modification sociale pendant laquelle ils vont définir leurs propres habitudes alimentaires. Face aux déséquilibres alimentaires constatés, l’Observatoire du pain a souhaité soutenir la démarche de prévention des mutuelles régionales et du CNOUS, et se mobilise à leur côté à l’occasion de la 11ème édition de la Semaine de l’Equilibre Alimentaire pour sensibiliser les étudiants à l’importance de l’équilibre nutritionnel.

L’Observatoire du pain propose aux étudiants des repères clairs pour les aider à équilibrer leur alimentation à travers la distribution d’un outil d’information pratique rappelant les règles de l’équilibre alimentaire et proposant des idées recettes simples et équilibrées à base de pain. Aliment incontournable de l’équilibre alimentaire reconnu pour ses qualités nutritionnelles le pain a toute sa place sur la table des étudiants. Par ses apports nutritionnels, la consommation de pain contribue en effet à restructurer l’alimentation des jeunes et notamment des étudiants.

La Semaine de l’Equilibre Alimentaire, une action de prévention des étudiants par les étudiants

La Semaine de l’équilibre alimentaire est une action de promotion de la santé initiée il y a plus de 10 ans par les mutuelles étudiantes régionales et le CNOUS, dans les Restos U, afin de sensibiliser les étudiants aux enjeux de santé d’une alimentation équilibrée. Plus de 39 000 étudiants ont participé à la Semaine de l’Equilibre Alimentaire en 2009 dans les restaurants universitaires.

Le principe de cette semaine d’action est simple et efficace : les restaurants universitaires et les services « Prévention » des mutuelles étudiantes régionales donnent des repères sur les apports nutritionnels des plats servis en s’appuyant sur un code couleur associé à chaque catégorie d’aliments (rouge, vert, jaune, marron, bleu, rose). Grâce aux codes couleurs, les étudiants peuvent évaluer si leur déjeuner est équilibré.

Un animateur, étudiant-relais, fait le bilan du plateau avec l'étudiant en fin de chaîne. Ceux dont le repas sera le plus équilibré sont encouragés par la remise d’un fruit, d'une bouteille d'eau ou de lots divers...

L'étudiant relais est formé par la mutuelle étudiante régionale et encadré sur les chaînes du Resto U par le responsable promotion de la santé salarié de la mutuelle. Le message de prévention délivré par les pairs, permet de rendre l'information plus accessible et de faciliter le dialogue.

A l’occasion de la Semaine de l’Equilibre Alimentaire, du 22 au 26 mars 2010, l’Observatoire du pain distribuera « la réglette équilibre » un outil d’information pratique qui rappelle aux étudiants les principes de base de l’équilibre alimentaire et propose une recette équilibrée à base de pain, facile à préparer.

SOURCE : USEM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s