Les dangers de l'aluminium et du mercure

lu 14938 fois

Aujourd’hui, les éléments révélant leur nocivité s’accumulent. Combien de preuve faudra-t-il encore pour prendre en compte leur responsabilité dans les nombreuses maladies modernes ? Depuis plusieurs années l’aluminium et le mercure ont été reconnus comme étant un réel danger pour la santé publique, pour autant, les autorités continuent à faire la sourde oreille face à ce grave problème.

L’aluminium

« Les dangers de l'aluminium et du mercure » - Crédit photo : Alexandre Glouchkoff Bien que l’aluminium soit un oligo-élément essentiel à petite dose, il est reconnu pour ses effets néfastes à haute dose sur le système nerveux. Sa carence quant à elle entraîne un retard intellectuel ou des pertes de mémoire.

Dans plusieurs études scientifiques il a été démontré que les personnes exposées à des taux élevés d’aluminium risquent huit fois plus de développer la maladie d’Alzheimer. De même celles qui sont soumises à une ou plusieurs vaccinations peuvent développer des complications au niveau du système nerveux central telles que l’encéphalopathie (maladie de l’encéphale), l’épilepsie et des troubles de la mémoire.

L’excès d’aluminium dans l’organisme peut également jouer un rôle dans d’autres pathologies comme le psoriasis, l’anémie, l’arrêt cardiaque, l’ostéomalacie (os cassants ou mous), l’intolérance au glucose, les allergies ainsi qu’une maladie nouvellement identifiée, la myofasciite à macrophages qui se manifeste par des douleurs musculaires et une fatigue accompagnée d’un peu de fièvre.

Les principales sources de pollution à l’aluminium sont, l’eau du robinet car les stations d’épuration utilisent du sulfate d’aluminium pour éliminer les micro-organismes et les matières organiques de l’eau. Mais les ustensiles de cuisine, le papier d’aluminium et les barquettes en alu, peuvent également en libérer en passant par les boites de conserves et les boissons en canettes.

Les cosmétiques dont certains déodorants et dentifrices contiennent du chlorure d’aluminium. Les additifs alimentaires tels que les colorants E173, d’anticoagulants E520, E521, E522, E523, que l’on retrouve dans les aliments à base de blanc d’œufs. Dans les viennoiseries le E541 et dans les aliments séchés (lait, soupe en poudre, café etc.) les E554, E555, E556 et E559, le sel et de nombreux fromages industriels.

L’aluminium est utilisé dans les vaccins comme adjuvant afin de stimuler la réponse immunitaire. La plupart des vaccins contiennent des doses de cinquante à quatre-vingt fois supérieures aux normes européennes. Certains médicaments en contiennent aussi.

Le mercure

Nous retrouverons de forte concentration de mercure dans les amalgames dentaires (plombages) environ 50% (Photos.com)L’effet de la toxicité du mercure chez l’homme commence par les voies respiratoires, pour se solubiliser dans le plasma, le sang et l’hémoglobine. Il attaque les reins, le cerveau et le système nerveux. Il existe un réel danger pour la femme enceinte car cette toxine peut facilement passer au travers du placenta pour ensuite atteindre le fœtus, cette intoxication perdure car le lait maternel peut aussi être contaminé.

Il est reconnu que le mercure est toxique pour toutes les espèces vivantes connues tant sur la croissance des algues que sur les bactéries, champignons etc. En milieu aquatique il se concentre surtout dans la chaîne alimentaire et touche particulièrement certaines espèces de poissons prédateurs tels que le thon, le marlin, le requin qui représentent une source importante d’exposition et de risque pour l’homme, en particulier pour les enfants et les femmes enceintes. Nous retrouverons de forte concentration de mercure dans les amalgames dentaires (plombages) environ 50%. Dans la bouche, le plombage subit une abrasion mécanique et une corrosion électrochimique. Le mercure est diffusé sous forme de vapeur et pénètre dans l’organisme par la respiration.

Au fur et à mesure de l’accumulation de mercure dans l’organisme le corps réagit par de petits troubles de santé tels que fatigue inexpliquée, insomnie, vertiges, maux de tête pour ensuite voir apparaître des symptômes neurologiques, irritabilité, dépression, pertes de mémoire, fourmillement dans les mains, sensation de brûlure et engourdissement des membres inférieurs, tremblement des doigts, des lèvres et des paupières. D’après les recherches scientifiques l’intoxication au mercure aurait un lien avec des maladies plus graves, la tuberculose, le cancer, la sclérose en plaque, les maladies auto-immunes.

Pour se détoxiquer, une fois la source éliminée, il existe deux algues qui sont capables de nettoyer l’organisme des métaux lourds :

La Chorella est recommandée en comprimés à raison de cinq comprimés trois fois par jour au cours des repas pendant plusieurs mois.

La Laminaria japonica qui contient de l’alginate est un puissant capteur de métaux lourds, favorise leur élimination à l’extérieur de l’organisme. L’extrait de cette algue est commercialisé sous le nom de modifilan et la dose préconisée sera en fonction du poids de la personne : six gélules par jour en dessous de 70 kg, huit gélules par jour entre 70 et 80 kg, dix gélules par jour entre 90 et 100 kg et douze gélules par jour au-dessus de 100 kg. La durée du traitement sera comprise entre trois et six mois.

(Par Maggy Sanner - Toutes ces informations sont données à titre indicatif et ne dispense pas de l’avis d’un spécialiste)

SOURCE : La Grande Epoque

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s