Les consommateurs de lait ont un risque de décès diminué de moitié

lu 4674 fois

C’est ce que révèle la 3ème enquête de population française MONICA [1] sur le risque de mortalité en fonction des comportements alimentaires. Le syndrome métabolique correspond à l’accumulation de facteurs de risque cardiovasculaire : glycémie élevée, hypertension, anomalies des lipides sanguins, et ce, dans un contexte d’obésité abdominale. En constante augmentation, le syndrome métabolique fait l’objet d’une actualité croissante et est devenu une vraie préoccupation de santé publique.

C’est l’influence des facteurs alimentaires sur la mortalité [2] que l’étude MONICA a étudiée auprès d’un échantillon de 897 Français âgés de 45 à 65 ans sur un suivi de 14 ans. Les résultats révèlent que les hommes qui consomment plus d’un verre de lait par jour ont un risque de décès diminué de 55% par rapport aux non consommateurs. Pour un consommateur moyen (0 à 1 verre/jour) ce risque baisse de 40%. Plus globalement les hommes qui ont les consommations les plus élevées de produits laitiers, fruits et légumes et céréales, voient leur mortalité baisser de 70%.

Outre la baisse de mortalité, MONICA avait précédemment étudié l’influence des comportements alimentaires dans la survenue du syndrome métabolique lui-même et démontré que la consommation de produits laitiers diminuait ce risque. Ces résultats, en accord avec d’autres études menées dans différents pays, montrent notamment une relation entre des apports calciques élevés et la baisse de la prévalence du syndrome métabolique (via l’effet bénéfique du calcium sur le poids et la tension). De nombreux composants du lait pourraient également contribuer à cet effet protecteur comme certains peptides et acides gras, la vitamine D ou les probiotiques.

Ces données sont confirmées par une autre étude française DESIR (Data from an Epidemiological Study on the Insulin-Resistance Syndrome) qui a également rapportée une incidence plus faible du syndrome métabolique lorsque la consommation de produits laitiers est élevée.

Ainsi, toutes ces études convergent. Elles démontrent qu’une alimentation équilibrée et variée, incluant les trois produits laitiers quotidiens recommandés par les autorités de santé publique, est associée à un bénéfice santé majeur.

Les résultats complets de cette étude ont été présentés au cours du Symposium « Alimentation, Nutrition et Syndrome Métabolique » organisé par le CERIN, dans le cadre du Congrès annuel de la Société Française de Nutrition, le 7 décembre 2011 à Reims, en présence du Dr Vanina Bongard, du Dr Jean-Michel Lecerf (Institut Pasteur de Lille) et de Frédéric Fumeron (INSERM et UFR de Médecine de Paris Diderot –Paris 7).

[1] Multinational Monitoring of Trends and Determinants in Cardiovascular Disease.
[2] D’après la communication du Dr Vanina Bongard, Service d’Epidémiologie, CHU de Toulouse, au Symposium Alimentation, Nutrition et Syndrome Métabolique ; Congrès annuel de la SFN, Reims, 07/12/2011.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s