Les compotes et fruits au sirop, des fruits à part entière

lu 11263 fois

Les compotes et les fruits au sirop ont toute leur place dans l'objectif « au moins 5 portions de fruits et légumes par jour » recommandés par le Plan National Nutrition Santé (PNNS). Leurs grandes qualités nutritionnelles pour la santé restent pourtant méconnues du corps médical et du grand public.

« Les compotes et fruits au sirop, des fruits à part entière » - Crédit photo : passerelle.viabloga.com L’objectif nutritionnel prioritaire « au moins 5 portions de fruits et légumes par jour » fixé par le Plan National Nutrition Santé est insuffisamment atteint par l’ensemble de la population : seulement 7 % des enfants et 25 % des adultes en 2007 y arrivent effectivement [1]. Et pourtant, la faible consommation de fruits et de légumes est l’un des dix plus importants facteurs de risque pour la santé mondiale, à l’origine de 31 % des cardiopathies ischémiques, 11 % des infarctus et 19 % des cancers digestifs.

Dans ce contexte, toutes les sources de fruits sont bienvenues : les compotes et les fruits au sirop ont des atouts très proches des fruits crus et à ce titre, ont toute leur place au sein de ces recomimandatisns. Une équivalence nutritionnelle attestée par l’ensemble des données scientifiques que réunit un livre blanc, réalisé à l’initiative de l’AFIDEM [2] et des cinq entreprises signataires [3] de la charte collective d’engagements de progrès nutritionnel.

Vous avez dit "portion de fruit" ?

Sur cette base, le deuxième PNNS (2006-2010) a de nouveau indiqué ce qu’il fallait entendre par un fruit ou un légume, autrement dit la taille et/ou le poids de ce qui est plutôt une portion de fruit ou légume. Ainsi, pour ce qui est plus précisément des fruits, une portion peut être un fruit moyen bien sûr (pomme, orange, etc.), son équivalent pressé (sans sucre ajouté), un pot de compote individuel ou une poignée de petits fruits par exemple. Concernant la qualité des fruits et légumes, le PNNS précise que ceux-ci peuvent être consommés crus, cuits, nature ou préparés, frais, surgelés ou en conserve. Un fruit, quelle que soit sa forme, reste un fruit...

Point sur les qualités nutritionnelles préservées (données issues du livre blanc)

Procédés modernes de préparation aidant, la qualité nutritionnelle des fruits en compote ou au sirop n’a jamais été aussi bonne, au point d’être équivalente à celle des fruits crus. Si des différences minimes subsistent, les fruits crus, en compote et au sirop sont complémentaires.

Leur composition nutritionnelle est proche, qu’ils soient frais ou transformés, en termes de calories et de glucides, de lipides et de protéines, de fibres (alors mieux supportés par les intestins sensibles), de vitamine C, de polyphénols et de caroténoïdes. Les compotes sans sucre ajouté sont, en moyenne, superposables au fruit cru.

Les compotes, réglementairement, contiennent au moins 24 g de sucres (naturels et ajoutés) pour 100 g. Elles sont, soit classiques (et donc sucrées), soit allégées (la teneur en sucres est réduite d’au moins 30 % versus la compote classique), soit encore "sans sucres ajoutés". Concernant les fruits au sirop, lorsque les fruits sont égouttés, l’apport en sucre reste également très raisonnable, proche des fruits frais.

Des procédés de fabrication respectueux

Issus des mêmes vergers que les fruits frais, les fruits destinés aux préparations prêtes à consommer (compotes et fruits au sirop) sont lavés, parfois épluchés et épépinés, avant d’être cuits, certains fabricants choisissant d’éliminer ta peau après la cuisson, en tamisant la purée pour réduire les pertes en nutriments... Si les vitamines peuvent être fragiles (vitamine C), d’autres composants, les fibres et les antioxydants (polyphénols ou caroténoïdes), passent très bien l’épreuve des préparations technologiques ; ils en sont parfois même optimisés, avec notamment une meilleure tolérance des fibres.

En ce qui concerne la vitamine C, la cuisson n’altère que peu la teneur naturelle des fruits, acides, qui en sont richement dotés, comme les agrumes, les fruits rouges, etc. Quant à la pomme, constituant principal des compotes, la vitamine C est peu abondante dans ce fruit et de fait, peu significative pour les apports nutritionnels.

Pour conclure, les compotes sont nutritionnellement très proches voire équivalentes aux fruits crus, au sucre ajouté près dans certains cas. Elles apportent des quantités comparables de fibres, glucides, sucres naturels, anti-oxydants, etc. L’addition de vitamine C permet de préserver les fruits de l’oxydation. De la même manière, les fruits au sirop, une fois égouttés, sont proches des fruits crus, du point de vue de la teneur en sucres et en calories aussi.

Références :

  1. Etude CCAF
  2. Association Française Interprofessionnelle des fruits et légumes à Destinations Multiples
  3. Andros, Charles Faraud, Conserves France-Saint Mamet, Hero France et Materne.

SOURCE : AFIDEM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s