Les chercheurs identifient la molécule défectueuse provoquant les maladies intestinales inflammatoires

lu 3636 fois

Les chercheurs ont découvert que les maladies intestinales inflammatoires telles que la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique sont causées par un cercle vicieux de signaux inflammatoires engendré par une molécule de signalisation défectueuse. Les travaux, financés en partie au titre du sixième programme-cadre de l'UE, sont publiés en ligne par la revue « Nature ».

Les maladies intestinales inflammatoires (MICI) telles que la maladie de Crohn touchent plus de quatre millions de personnes à travers le monde. Les symptômes de la maladie de Crohn comprennent douleur, diarrhée, fatigue et perte de poids. À l'heure actuelle, il n'existe aucun traitement pour cette condition débilitante, bien que les stéroïdes et les immunodépresseurs puissent aider. L'objectif clé de la recherche dans le domaine de ces maladies consiste à comprendre les facteurs déclencheurs de l'inflammation de l'intestin.

Dans cette dernière partie de la recherche, les scientifiques ont étudié le rôle d'une molécule de signalisation appelée NF-kB, qui est impliquée dans une gamme de maladies comprenant des composants inflammatoires tels que la sclérose en plaques.

Notre intestin contient de nombreuses bactéries qui nous aident à digérer nos aliments. Cependant, si celles-ci pénètrent la paroi de l'intestin, elles peuvent déclencher des maladies. Afin d'empêcher cela, nos intestins sont tapissés d'une couche de cellules appelée épithélium qui tient lieu d'obstacle, maintenant les bactéries à l'intérieur de l'intestin.

Afin d'enquêter sur le rôle de la molécule NF-kB, les chercheurs ont créé des souris dont les cellules épithéliales de l'intestin ne produisent pas la protéine appelée NEMO, qui active la molécule NF-kB. Les souris ont développé de sérieuses inflammations intestinales, semblables aux colites humaines, et un examen plus précis a montré que les parois de l'intestin avaient été endommagées, permettant ainsi aux bactéries de pénétrer les parois de l'intestin et provoquant un cercle vicieux de signaux inflammatoires responsables des symptômes de la maladie.

« La molécule NF-kB agit comme signal de survie pour les cellules », explique Manolis Pasparakis de l'Université de Cologne. « Sans cette molécule, les cellules ont beaucoup plus de chances de mourir et c'est ce qui s'est passé dans les intestins de nos souris; les cellules épithéliales individuelles ont péri en traversant la paroi intestinale. »

Lorsque les bactéries traversent l'épithélium intestinal pour pénétrer la paroi intestinale, elles déclenchent une forte réponse immunitaire provenant du système immunitaire intestinal. Certains des signaux envoyés par le système immunitaire provoquent les symptômes de l'inflammation.

« C'est là que se referme le cercle vicieux », commente Markus Neurath de l'Université de Mainz. « Les signaux inflammatoires atteignent également les cellules épithéliales qui, en raison de l'absence de la molécule NF-kB, y sont plus sensibles et meurent. La mort de davantage de cellules épithéliales crée de plus grands fossés dans la paroi intestinale laissant davantage de bactéries y pénétrer. En résulte une réponse immunitaire permanente conduisant à une inflammation chronique telle que les maladies intestinales inflammatoires que nous connaissons chez les humains. »

Les systèmes immunitaires des souris et des humains étant semblables, les chercheurs espèrent que leurs travaux conduiront au développement de nouveaux traitements pour ces maladies affligeantes.

Pour tout renseignement complémentaire, consulter : www.nature.com/nature/

Source : Copyright © Communautés européennes, 2007

SOURCE : Communautés européennes

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s