Les boissons sucrées : un risque accru de prise de poids et diabète

lu 4338 fois

Les experts internationaux réunis à Nice pour le 3ème congrès sur le pré-diabète et le syndrome métabolique ont insisté sur l'effet délétère des boissons sucrées non seulement sur le poids, mais aussi sur les différents marqueurs du syndrome métabolique. Un des moyens pour réduire ce risque repose tout simplement sur de bonnes habitudes alimentaires et d'hygiène de vie. D'où une recommandation pleine de bon sens : il faut boire de l'eau...

« Les boissons sucrées : un risque accru de prise de poids et diabète » - Crédit photo : www.cyberpresse.ca Comme l’a fait observer le Pr Barry Popkin de l’université de Caroline du Nord (Etats-Unis), la consommation de sucres raffinés a fortement augmenté au cours des 20 dernières années. En cause, notamment, les boissons sucrées : sodas, jus de fruit, boissons énergétiques et autres... Aux Etats-Unis,en 1999-2000, les boissons sucrées représen­taient 7% des apports caloriques, un pourcentage qui a continué d’augmenter pour atteindre actuellement 9 à 10%. Combinée à l’inactivité, à la déstructuration des repas et au déséquilibre alimentaire, la consommation sans cesse croissante de boissons sucrées est devenue un sérieux problème de santé publique,a souligné le Pr Popkin.

En effet, elle ne s’accompagne pas d’une diminution compensatoire des apports alimentaires et crée donc un excès calorique avec comme conséquence une prise de poids. La hausse de la prévalence de l’obésité aux Etats-Unis remonte d’ailleurs au début des années 1980, tout comme l’utilisation des sirops de maïs à haute teneur en fructose ou HFCS (high-fructose corn syrup) pour sucrer les boissons. Ces sirops de maïs sont soumis à des procédés enzymatiques qui transforment le glucose en fructose et qui leur confèrent des pouvoirs sucrant comparables ou supérieurs à celui du saccharose.

Outre la prise de poids, les effets délétères de la consom­mation excessive de boissons sucrées sur la santé concernent l’augmentation des triglycérides et de l’insulinémie à jeun, surtout chez l’homme. S’y ajoutent une hausse de la pression artérielle dans les deux sexes et, chez les sujets en surpoids, une augmentation des marqueurs de l’inflammation (CRP, haptoglobine, transferrine). Le fructose semble en outre avoir un impact plus important que les autres sucres sur l’adiposité viscérale, cette graisse accumulée dans la cavité abdominale qui est maintenant reconnue comme un important facteur de risque pour le diabète et les maladies cardio-vasculaires.

Un risque accru de syndrome métabolique

La célèbre étude de suivi des infirmières américaines (Nurses’ Health Study II) a montré que l’augmentation de la consommation de boissons sucrées pondant les 5 premières années s’est soldée par un gain moyen de 8 kg lors du bilan à la huitième année, alors que les femmes qui ont gardé une consommation modérée n’ont pris que 2 kg au cours de cette même période. L’excès de boissons sucrées s’est accompagné, dans cette étude, d’une augmentation du risque de diabète, indépendamment de l’indice de masse corporelle des participantes. Une association similaire a été mise en évidence entre boissons sucrées et diabète gestationnel.

Des données récentes émanant de l’étude de Framingham et de l’ARIC (Atherosclerosis Risk In the Communities) ont permis d’établir une forte association entre la consommation de boissons sucrées et la prévalence du syndrome métabolique, une association qui a été retrouvée pour chacun des composants de ce syndrome. Outre l’impact de ces boissons sur l’excès calorique, elles pourraient avoir un effet néfaste propre en raison de leur forte charge glycémique, soulignent les experts, qui plaident pour un geste simple et plein de bon sens : substituer les boissons sucrées par de l’eau, ce qui permet de contrôler Son apport énergétique.

(Par le Dr Christine Le Bihan, d’après Cardiometabolic corner : updates from the international chair on cardiometabolit risk. MD conference, www.cardiometabolic-risk.org - La Lettre Faxée de Nutrition ® - Novembre 2009)

SOURCE : Groupe Protéines

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s