Les boissons sucrées... des bonbons liquides !

lu 6648 fois

Les boissons sucrées, que ce soit les boissons gazeuses ou « fruitées » ou « énergétiques » et autre eau vitaminée, sont tout simplement des bonbons liquides. De valeur nutritive pratiquement nulle, elles renferment principalement de l’eau et du sucre ajouté, souvent sous forme de sirop de maïs à haute teneur en fructose. C’est ce qu’on appelle un apport en calories « vides »...

« Les boissons sucrées... des bonbons liquides ! » - Crédit photo : www.aspq.org Dans une seule bouteille de boisson sucrée au format de 490 ml, il y a jusqu’à 12 cuillérées à thé de sucre, pour un total de 200 à 240 calories, ce qui représente en moyenne la consommation quotidienne des jeunes américains. C’est beaucoup trop. Aux États-Unis, les jeunes ont presque triplé leur consommation de boissons sucrées au cours des 30 dernières années, et ce, au détriment du lait, source de protéines, de vitamines A et D et de calcium. Si bien que les boissons sucrées sont devenues la première source de sucre dans leur alimentation, représentant près de 10 % des besoins énergétiques quotidiens d’un individu !

Il y a aussi un autre problème : ces boissons sucrées rassasient peu. Selon une étude menée auprès d’enfants d’âge scolaire, plus les enfants boivent de boissons sucrées, plus le bilan énergétique total de la journée augmente ! Lorsque consommées sous forme liquide entre les repas, les calories vides absorbées s’ajoutent au total de la journée, pouvant aller jusqu’à 150 calories supplémentaires. La raison ? Les études démontrent que la consommation de boissons sucrées n’est pas compensée par une diminution significative de l’ingestion de nourriture lors du repas suivant.

Et ce n’est pas tout. Des études récentes démontrent que la consommation d’au moins une boisson sucrée par jour chez les adultes se traduit par une augmentation de 27 % du risque de souffrir d’obésité ou d’embonpoint, une augmentation de 40 % du risque de maladie coronarienne et deux fois plus de risques de développer un diabète de type 2. Chez les enfants, la consommation quotidienne d’au moins une boisson sucrée augmente le risque d’embonpoint de 60 %.

Bien que la littérature scientifique sur le lien entre la consommation de boissons sucrées et l’embonpoint soit controversée, il y a suffisamment de preuves pour recommander de limiter la consommation de boissons sucrées à une seule par jour, préférablement sous la forme de jus de fruits pur à 100 % et dans un format de seulement 220 ml ( environ 100 calories ), soit moins qu’une canette. Comment parvenir alors à réduire la consommation de boissons sucrées de toute provenance à seulement 100 calories par jour, en moyenne, comme recommandé par l’American Heart Association ?

Un geste quotidien bien simple est de substituer des boissons caloriques par l’eau qui, pour sa part, n’apporte aucune calorie à notre corps tout en permettant une hydratation optimale. Ainsi, boire 1 à 2 litres d’eau par jour permet de maintenir un apport énergétique minimum entre les repas et, par conséquent, de contribuer à prévenir un gain de poids. Je vous suggère de conserver de l’eau froide à portée de main, dans une bouteille recyclable, dans le frigo et sur le coin du bureau.

L’éducation ne sera pas suffisante pour contrer l’effet de l’offre de l’industrie, devenue si attrayante par une publicité omniprésente. La réponse se situerait entre autres du côté économique, en incitant nos politiciens à voter en faveur d’une taxe d’accise comparable à celle ayant contribué à diminuer la consommation de la cigarette au cours des 10 dernières années.

(Par Paul Boisvert | Ph. D., PEC ( SCPE ), kinésiologue | Coordonnateur de la Chaire de recherche sur l’obésité de l’Université Laval - « Dossier Spécial sur les boissons sucrées » | Bulletin de Santé Publique de l'ASPQ, Septembre 2010)

Source : Association pour la Santé Publique au Québec (ASPQ)

SOURCE : Association pour la Santé Publique au Québec

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s