Les boissons à la caféine : à consommer avec modération !

lu 1732 fois

Face aux effets indésirables des boissons énergisantes, l’ANSES (1) recommande la vigilance vis-à-vis de la caféine, que ces boissons contiennent en quantités appréciables. Elle appelle aujourd’hui à en modérer la consommation dans la population générale (2). Tout particulièrement chez les enfants et les adolescents, les femmes enceintes ou qui allaitent, les personnes sensibles à la caféine ou encore porteuses de certaines maladies.

La caféine est présente dans plus de 60 plantes, dont le café, le thé, le kola, le guarana ou le maté… En France, chez les adultes, elle est couramment apportée par le thé et surtout le café, qui représente 80% des apports en caféine dans l’alimentation courante.

Mais elle est aussi incluse dans les boissons énergisantes, dont la consommation est élevée chez les plus jeunes. En France, chez les enfants, ces boissons représentent jusqu’à 15% des apports de caféine. Certains jeunes enfants en consomment jusqu’à 3 ou 4 canettes par jour !

Des effets sur le sommeil, la scolarité, le comportement…

Des symptômes comme l’excitation, l’anxiété, la tachycardie, les douleurs thoraciques sont susceptibles d’être observés après une consommation importante de caféine. Au minimum, l’endormissement peut être retardé et la qualité du sommeil altérée. Les ados qui se couchent tard risquent notamment un déficit de sommeil, qui les amènera à somnoler pendant la journée. Voire à entretenir un cercle vicieux et consommer encore plus de caféine! Dans une étude menée chez des jeunes américains de 12 à 18 ans, 33% des adolescents déclarent s’endormir en classe et leur consommation de caféine est 76% plus élevée que celle des autres élèves.

Le manque de sommeil affecte les capacités cognitives, diminue les performances scolaires et peut être aussi à l’origine de troubles comportementaux. La possibilité d’un comportement addictif est aussi évoquée : 20% des ados pourraient être dépendants. Cette dépendance est discutée, mais elle pourrait à son tour favoriser d’autres conduites addictives, avec l’alcool, le tabac ou le cannabis…

Attention aux cocktails alcool/caféine et sport/caféine

Assez courante chez les jeunes, l’association de la caféine avec l’alcool représente une autre menace. La caféine peut à elle seule augmenter la pression artérielle et entraîner une tachycardie, surtout à doses élevées chez les personnes peu habituées à sa consommation. L’ajout d’alcool, chez les sujets prédisposés, a tendance à augmenter les troubles du rythme cardiaque.

Consommer des boissons à la caféine pour favoriser l’activité sportive n’est pas non plus une bonne idée. Les performances peuvent parfois s’en trouver améliorées dans certaines épreuves d’endurance (jamais dans les épreuves de courte durée). Mais l’association de la caféine et de l’exercice physique est un facteur de risque cardiaque chez les personnes prédisposées. Elle augmente aussi la température corporelle, d’où un risque accru d’accident à la chaleur. Les boissons énergisantes ne sont pas de bonnes boissons de l’effort !

La caféine : des effets variables à doses variables…

La caféine passe rapidement dans l’organisme. On la retrouve au niveau du cerveau, où elle s’oppose à l’effet sédatif de certains récepteurs. D’une personne à l’autre, ses effets sont cependant très variables sur le maintien de la vigilance, la stimulation, les performances physiques, la qualité du sommeil. Tout dépend des individus et de leur habitude de consommer de la caféine. L’association avec le tabac ou la prise de médicaments influe aussi. Il est difficile d’établir un niveau de consommation optimal favorable à la santé ou un niveau défavorable à ne pas dépasser.

Chez les enfants et les adolescents, les principaux risques d’une consommation excessive sont les troubles du sommeil, les somnolences diurnes et les conduites addictives.

La prudence est recommandée chez les femmes enceintes ou qui allaitent. La caféine passe dans le placenta et le lait maternel. Certains retards de croissance de l’enfant sont associés à une consommation excessive.

Prudence aussi chez les personnes sensibles aux effets de la caféine ou qui présentent certaines maladies (troubles cardiovasculaires, psychiatriques, neurologiques, insuffisance rénale, maladies hépatiques sévères), en raison du risque d’exacerbation de ses effets.

En France, qui dépasse les niveaux conseillés ?

D’après l’ANSES, 30 % des adultes et 1 à 2 % des enfants dépassent le seuil retenu comme générateur d’anxiété.

11% des jeunes de 3 à 10 ans et 7 % des 11-14 ans dépassent le seuil de développement d’une tolérance à la caféine et du déclenchement de symptômes de sevrage.

7 % des adultes dépassent le seuil au-delà duquel une toxicité chronique plus générale est suspectée.

(1) Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail
(2) « Caféine et santé. La consommation de caféine augmente, l’Anses recommande la vigilance

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s