Les bienfaits de la pizza et du ketchup pour le coeur, objets d'étude du projet Lycocard

lu 7310 fois

De tous les légumes - bien que ça n'en soit pas un à proprement parler - la tomate est le plus largement consommé en Europe. Le pigment rouge qu'elle contient, le lycopène, est bien connu comme colorant tenace et difficile à retirer des vêtements ou des boîtes en plastique. Cauchemar de la ménagère, le lycopène voudrait cependant du bien à notre coeur : on lui prête, entre autres facultés, celle d'améliorer la santé cardio-vasculaire.

On trouve le lycopène dans plusieurs fruits et légumes oranges ou rouges, tels que la pastèque, le cynorhodon, la papaye et la tomate, cette dernière en contenant les concentrations les plus élevées. Si la cuisson ou la transformation des légumes réduisent leur teneur en vitamines, elles accroissent en revanche celle du lycopène. Les tomates transformées que l'on retrouve sur les garnitures de pizzas, dans les sauces tomates et même le ketchup contiennent donc d'importantes quantités de lycopène.

Si les vertus du lycopène avaient déjà été considérées dans le traitement de l'ostéoporose, du cancer (notamment celui de la prostate), du diabète, et même de l'infertilité masculine, c'est le traitement des maladies cardio-vasculaires qui, dans le cadre du nouveau projet Lycocard (contraction de "lycopène" et de "santé cardio-vasculaire"), va retenir l'intérêt.

Le Dr Volker Böhm, de l'Institut de nutrition rattaché à l'université Friedrich Schiller d'Iéna (Allemagne), coordonne le projet. "L'industrie alimentaire européenne pourrait renforcer sa position du fait du prochain accroissement de la demande de produits sains à base de tomates, dont le développement constitue l'un des sous-objectifs de ce projet", a-t-il déclaré.

Parmi les partenaires impliqués dans le projet, on trouve des scientifiques, des technologues, des acteurs industriels et des associations de patients étudiant chacun un aspect spécifique de la tomate. Lycocard est un projet de recherche spécifique ciblé (Specific Targeted Research Project - STREP) financé au titre du Sixième programme-cadre (6e PC) de l'UE et qui s'étalera sur cinq ans.

Le Dr Gordon Lowe travaille pour le projet "Nutraceutical Research" (recherche nutraceutique) à l'université John Moores de Liverpool (Royaume-Uni), l'un des partenaires de Lycocard. Leader mondial dans ce type de recherches, cette institution a déjà examiné de près des aliments tels que l'ail (protection du coeur), le thé vert (immunostimulation), le gingembre, l'échinacée et les caroténoïdes (protection du coeur) pour déterminer dans quelle mesure leurs propriétés pouvaient s'avérer bénéfiques.

"Certains partenaires, en Espagne et en Italie notamment, étudient la transformation du lycopène et les moyens d'en augmenter la disponibilité", a déclaré le Dr Lowe à CORDIS Nouvelles. "Nous allons nous pencher sur l'absorption et ses mécanismes, les isomères du lycopène, les méthodes de transport dans l'organisme et les effets sur l'athérosclérose [durcissement des artères]."

Les travaux du Dr Lowe seront également centrés sur l'effet du lycopène sur le cholestérol. "Le cholestérol est essentiel à la bonne santé de l'organisme, mais constitue un risque majeur de maladies coronariennes lorsque son niveau s'élève dans le sang. Le cholestérol est transporté dans l'ensemble du corps par des vecteurs spécifiques appelés lipoprotéines. Il y en a plusieurs sortes, mais les principales sont les lipoprotéines de basse densité (LDL) et de haute densité (HDL).

"Si votre niveau de cholestérol dans le sang est trop élevé, il peut s'entasser lentement sur les parois des artères irriguant le coeur et le cerveau. Se conjuguant à d'autres substances, il peut former un dépôt épais et dur susceptible d'obstruer ces artères: on parle alors d'athérosclérose. Nous pensons que le lycopène pourrait jouer un rôle crucial dans la prévention de l'athérosclérose en empêchant l'oxydation des lipoprotéines. L'oxydation des lipoprotéines de basse densité peut entraîner le dépôt de 'plaques de gras' dans les artères", a-t-il déclaré.

Si la consommation quotidienne de cinq portions de fruits et légumes est considérée comme essentielle à une alimentation saine, les Dr Lowe et Böhm conviennent tous deux que l'une d'entre elles au moins devrait contenir de la tomate préparée. L'équipe de Liverpool va également étudier dans quelle mesure la cigarette altère le mode d'absorption du lycopène par l'organisme.

Le projet Lycocard réunit 16 partenaires différents en Allemagne, au Royaume-Uni, en France, en Hongrie, en Italie et en Espagne. Il s'est vu allouer 5,2 millions d'euros dans l'optique d'étudier les effets du lycopène et la manière dont la substance est influencée par les différents processus qui la mènent de la fourche à la fourchette. Si nous savons que les concentrations en lycopène augmentent au cours de la préparation et de la cuisson, nous n'avons qu'une vague idée de ce qui survient. Le projet Lycocard permettra de tirer au clair ces processus et débouchera - espérons-le - sur ce que tout le monde désire: une raison de manger quelque chose d'aussi délicieux que bénéfique.

Pour tout renseignement complémentaire, consulter le site www.lycocard.com.

Source : Copyright © Communautés européennes, 2006

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s