Les bénéfices de l'activité physique

lu 3175 fois

Les bienfaits du sport pour notre santé sont déjà bien établis depuis quelques années. Il constitue un bon moyen de prédiction quantitative de décès et d'affections cardiovasculaires.

« Les bénéfices de l’activité physique » - Crédit photo : sante-medecine.commentcamarche.net Les études épidémiologiques ont bien montré une association inverse entre la pratique sportive et la maladie coronaire, ainsi qu’avec la mortalité pour toutes causes chez les sujets sains. Une équipe japonaise a cherché à évaluer la relation quantitative entre entraînement cardiorespiratoire, survenue d´évènements cardiovasculaires et mortalité globale chez des hommes et femmes en bonne santé. Une revue systématique de la littérature entre 1966 et 2008 a donc été réalisée.

Risques réduits

Les auteurs ont retenu 33 études comptabilisant près de 103 000 personnes dont 7 000 sont décédées pour toutes causes, ainsi que près de 85 000 individus dont 4 500 ont souffert d´évènements cardiovasculaires. L’aptitude physique de ces dernières a été estimée par la capacité maximale en conditions aérobies (conditions d’effort sous-maximales) exprimée en unités d’équivalents métaboliques (MET).. Un MET correspond à la consommation de 3,5 ml d’oxygène par minute et par kilo de poids corporel. Concrètement, l’augmentation d’une unité MET correspond à un 1 km/h de plus en course à pied.

Les résultats de cette étude ont suggéré qu’une augmentation d’une unité MET était associée à une réduction de 13 % et de 15 % du risque de mortalité et d’évènements cardiovasculaires. Le groupe des participants ayant 7,9 unités MET ou plus montrait des taux faibles de décès et d’événements cardiovasculaires par rapport à ceux qui affichaient moins de 7,9 unités MET.

Un moyen efficace de prédiction

Cette analyse a clairement démontré qu’une meilleure condition physique est liée à un faible risque de mortalité pour toutes causes confondues et de survenue d’événements cardiovasculaires. Il semble donc bien que l’estimation de l’aptitude physique sur base de la consommation d’oxygène au cours d’un exercice en conditions aérobies puisse entrer en ligne de compte pour l’évaluation du risque cardiovasculaire.

(D’après Kodama S, Saito K, Tanaka S et al. Cardiorespiratory fitness as a quantitative predictor of all-cause mortality and cardiovascular events in healthy men and women: a meta-analysis. JAMA 2009 ; 301: 2024-2035.)

SOURCE : Diffu-Sciences

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s