Les atouts nutritionnels des produits aquatiques

lu 1718 fois

Pour améliorer le statut nutritionnel de la population française, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommandent de consommer des produits aquatiques au moins deux fois par semaine et de varier les espèces consommées. En effet, les poissons, coquillages et crustacés recèlent des trésors pour notre santé !

Bons pour la forme !

« Les atouts nutritionnels des produits aquatiques » - Crédit photo : web-japan.org Les produits aquatiques sont un réservoir naturel de vitamines, minéraux et micro-nutriments et apportent en quantités intéressantes :

  • des vitamines du groupe B comme les vitamines B12 (qui participe à la synthèse des globules rouges et des protéines), B3 (ou PP) (qui joue un rôle dans la production de l’énergie), B6 (indispensable pour le métabolisme des acides aminés);
  • de la vitamine D (qui participe à la fixation du calcium sur les os)
  • de la vitamine E (qui joue un rôle antioxydant)
  • et de nombreux minéraux tels que

    • l’iode qui provient en majorité des produits d’origine marine et parti- cipe à la synthèse des hormones thyroïdiennes
    • le phosphore qui intervient dans les mécanismes de transport et de stockage de l’énergie
    • le sélénium qui possède une activité antioxydante et dont les produits aquatiques sont une source majeure
    • le fer, constituant de l’hémoglobine
    • le magnésium qui intervient dans le fonctionnement musculaire et nerveux.
Les produits aquatiques présentent donc une très bonne valeur nutritionnelle.

Bons pour l’équilibre !

Les produits aquatiques on une faible densité énergétique (kcal / gramme) et la plupart des poissons apportent peu de lipides : les poissons maigres moins de 3% mais jusqu’à 14% pour quelques espèces grasses. Dans tous les cas, ces acides gras sont qualitativement très intéressants.

La valeur calorique de 100 grammes de poisson est comprise entre 60 et 200 kcalories.

Le poisson est une bonne source de protéines, indispensables notamment aux synthèses protéiques nécessaires pour la croissance et le renouvellement cellulaire. La teneur en protéines des produits aquatiques varie de 15% à 25% selon l’espèce considérée.

De plus, ce sont des protéines de qualité car environ 50% des acides aminés qui les composent sont des acides aminés essentiels. Elles possèdent également une bonne digestibilité.

Les poissons, coquillages et crustacés sont les alliés de l’équilibre alimentaire.

Bons pour la santé !

Les poissons, coquillages et crustacés présentent une composition lipidique intéressante grâce à une bonne répartition entre acides gras saturés et insaturés et représentent une source naturelle d’acides gras Oméga 3 à "longue chaîne".

Les acides gras polyinsaturés de la famille des oméga 3 sont l’un des nombreux atouts santé des produits aquatiques dans lesquels ils sont présents en grande quantité.

Ainsi, par exemple, la consommation d’une portion de maquereau ou de saumon couvre la totalité des apports nutritionnels conseillés par jour en apportant plus de 2 g d’acides gras oméga 3. Ces apports sont d’autant plus intéressants que les oméga 3 d’origine aquatique se trouvent sous forme d’acides gras longues chaînes (C > 20 EPA et DHA) que l’homme ne peut synthétiser.

Les rôles physiologiques des acides gras oméga 3 (EPA et DHA) à l’origine de leurs bienfaits sont nombreux, on note notamment :

  • un rôle structurel de constituant des membranes en particulier au niveau du cerveau et de la rétine,
  • un rôle fonctionnel car ils sont les précurseurs de médiateurs chimi- ques ayant des rôles très importants pour la santé (par exemple dans le domaine de l’inflammation et de l’agrégation plaquettaire).

Un déficit en acides gras oméga 3 (associé ou non à un excès en acides gras oméga 6) favoriserait la survenue de maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer) de dépression, de dégénérescence maculaire liée à l’âge...

Les omégas 3 pourraient jouer un rôle favorable dans la prévention de certains cancers. Un apport régulier en EPA et DHA par la consommation de produits aquatiques diminuerait le risque de maladies cardiovasculaires et de mort subite.

SOURCE : Pôle AQUIMER

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s