Les aliments traditionnels en soutien aux cultures européennes

lu 3426 fois

La British Nutrition Foundation (BNF) a récemment publié un rapport sur les aliments traditionnels en Europe accompagné d'une série de recettes. Ces travaux s'inscrivent dans le cadre du projet EUROFIR (« European food information resource network »), dont l'objectif consiste à développer des ressources complètes portant sur les informations nutritionnelles des aliments. Les données générées offriront aux Européens une vision globale des aliments qu'ils consomment.

« Les aliments traditionnels en soutien aux cultures européennes » - Crédit photo : www.sweden.se Selon les chercheurs, les aliments traditionnels ont joué un rôle primordial dans la façon dont les cultures et les régions préparaient et consommaient les repas pendant de nombreuses générations. Les méthodes de préparation, en particulier, sont souvent liées au folklore d'une région ou d'un pays. Les populations perpétuent leurs traditions de génération en génération et font de ces méthodes culinaires une facette de l'identité culturelle.

« Malheureusement, partout en Europe, certains aliments traditionnels sont en voie de disparition en raison des changements du mode de vie », explique le Dr Helena Soares Costa de l'institut national de la santé au Portugal, qui coordonne le lot de travail sur les aliments traditionnels au sein d'EUROFIR. « Il est donc important d'étudier et de documenter les aliments traditionnels afin de maintenir les éléments importants des cultures européennes ».

Un groupe de travail a été créé dans le cadre d'EUROFIR afin de rassembler des informations sur les mets traditionnels de divers pays d'Europe.

Les aliments traditionnels de 13 pays d'Europe (Belgique, Bulgarie, Danemark, Allemagne, Grèce, Espagne, Islande, Italie, Lituanie, Autriche, Pologne, Portugal et Turquie) sont consignés dans le rapport, lequel contient également des informations sur l'histoire de ces pays.

Le rapport tente de déterminer si les aliments traditionnels sont considérés plus sains que les aliments modernes. « Les aliments traditionnels sont épatants car ils se basent en général sur des produits locaux, ce qui est bon pour l'environnement », déclare le Dr Elisabeth Weichselbaum, co-auteur du rapport. « Cependant, ils ne sont pas forcément plus sains que les aliments modernes. L'impact des aliments traditionnels sur notre santé dépend de leur composition nutritionnelle ».

« Une alimentation riche en féculents, fruits et légumes, avec une quantité modérée de poisson et de viande comme c'est le cas de la cuisine méditerranéenne, est bien plus bénéfique qu'un régime riche en viande et en graisses, et pauvre en fruits et légumes ».

Plus de 60 recettes des 13 pays présentés accompagnent le rapport. Chaque recette est rédigée en deux langues: l'anglais, et celle du pays d'où elle provient. Les recettes présentent également des informations sur le taux de protéines, l'énergie, les graisses (saturées et insaturées), les glucides, les sucres, le sodium et les fibres alimentaires.

« Pour manger sain et équilibré, il est primordial de savoir ce que contiennent nos aliments », déclare la nutritionniste de la BSF Bridget Benelam, qui insiste sur l'importance de ces informations nutritionnelles. « Souvent, les gens ignorent par exemple la quantité d'énergie ou de graisses apportée par un aliment traditionnel; aussi ces recettes leur permettront-elles de connaître la contribution du repas qu'ils préparent à l'apport journalier recommandé en termes d'énergie et de nutriments ».

Mme Benelam conclut: « Ce qui est formidable lorsque l'on prépare un repas à la maison en utilisant ces recettes par exemple, c'est que l'on peut modifier leurs taux en nutriments ou en énergie. Il est possible de réduire la quantité de graisses utilisées et de les remplacer par des versions plus légères, ou encore de réduire la quantité de sel ». Ainsi, notre repas est plus sain, mais à strictement parler, il ne s'agit plus d'un plat traditionnel à partir du moment où la recette est modifiée ».

Les pays participant à EUROFIR sont la Belgique, la Grèce, l'Italie, la Lituanie, la Norvège, la Slovaquie, la Suisse et la Turquie.

Pour de plus amples informations, consulter :

Source : © Communautés européennes, 2010

SOURCE : Communautés européennes

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s