Les aliments fonctionnels pour l'esprit, la santé et le rétablissement

lu 4874 fois

Des conseils sur une alimentation équilibrée, les nouvelles modes en matière de régime, des émissions sur la cuisine, les troubles et les maladies liés à l'alimentation... il semblerait que l'appétit pour les thèmes sur l'alimentation soit insatiable. La Commission européenne vient de publier une nouvelle étude permettant au public de mieux comprendre la signification des « aliments fonctionnels » et de découvrir les initiatives de recherche de l'UE consacrées à ce domaine.

« Les aliments fonctionnels pour l'esprit, la santé et le rétablissement » - Crédit photo : © Yuri Arcurs | fotolia.com L'alimentation est la base de la vie. Aussi n'est-il pas surprenant que les consommateurs soient toujours en quête d'informations sur les options d'alimentation saine. Pourtant, l'un des domaines de « l'industrie alimentaire » (les aliments fonctionnels) reste encore un mystère pour la plupart d'entre nous.

Des preuves scientifiques soutiennent que certains aliments et ingrédients ont des effets positifs sur notre santé et bien-être, et ne sont pas uniquement satisfaisants sur le plan nutritionnel.

Cette nouvelle publication de la DG Recherche de la Commission, qui s'intitule « Functional Foods », offre des informations intéressantes sur ce domaine en évolution rapide, et notamment une définition fiable de cette expression, une analyse des bienfaits pour la santé des aliments fonctionnels, et des conseils sur la façon d'évaluer la preuve scientifique de ces aliments fonctionnels.

D'après l'action concertée FUFOSE (« Concerted action on functional food science in Europe ») de la Commission, un aliment fonctionnel est « [un] aliment ayant un impact bénéfique sur une ou plusieurs fonctions ciblées dans le corps, autre que des effets nutritionnels adéquats d'une manière satisfaisante en terme d'amélioration de l'état général de santé et de bien-être et/ou de réduction du risque de maladies. Il est consommé dans le cadre d'un régime alimentaire normal. Il ne s'agit ni d'une pilule, ni d'une capsule, ni de toute autre forme de complément alimentaire. »

Plusieurs de ces aliments fonctionnels sont déjà sur le marché, notamment des pâtes à tartiner enrichies en vitamines et des boissons probiotiques. Les consommateurs expriment un intérêt croissant pour ces produits, aussi d'autres seront développés et prouveront leurs bienfaits sur la santé à la communauté scientifique, qui les regarde d'un oeil suspicieux. La recherche dans ce domaine aide à comparer divers intérêts.

« Il existe une masse de preuves scientifiques qui viennent réfuter les bienfaits sur la santé de ces aliments. Notre défi consistera donc à développer des synergies efficaces entre la communauté scientifique et le développement de produits scientifiques pour les bienfaits du consommateur », écrivaient les auteurs.

On utilise de nouvelles technologies et méthodes pour étudier en détail les bienfaits sur la santé de ces aliments fonctionnels en relation avec les défis sociaux et médicaux liés à l'alimentation tels que l'obésité, le diabète, les allergies, le cancer, les maladies cardiovasculaires (CVD) et même la santé mentale.

« Certains aliments fonctionnels ont le potentiel de promouvoir l'état de santé mental et les performances mentales, et d'influencer le comportement », lit-on dans la brochure. Par exemple, le projet européen Nutrimenthe étudie les effets du régime alimentaire sur la performance mentale des enfants.

À l'aide d'instruments tels que la métabolomique (le profilage métabolique), les chercheurs sont également en mesure de fusionner des informations sur les réponses physiologiques aux aliments avec des informations génétiques individuelles en vue de concevoir des aliments et régimes personnalisés.

D'après la brochure, 47 projets consacrés à ce domaine de recherche ont reçu un financement de 150 millions d'euros en l'espace d'une décennie de recherche au titre des programmes-cadres consécutifs (5e, 6e et 7e PC). Ces projets de recherche réunissent des centaines de partenaires d'instituts de recherche, du monde universitaire et de l'industrie, ainsi que des petites et moyennes entreprises (PME).

La brochure offre un aperçu de plusieurs de ces projets intéressants financés au titre de différents sous-programmes de recherche. D'après les auteurs, « on ne se concentre pas uniquement sur les 'success stories' individuelles, mais plutôt sur l'approche d'un programme et ses instruments qui contribueront à atteindre les objectifs visés par l'Espace européen de la recherche. »

Pour de plus amples informations, consulter cordis.europa.eu

Source : © Communautés européennes, 2010

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s