Les aliments bio, meilleurs pour bébé ?

lu 3602 fois

Une revue bibliographique des publications scientifiques internationales les plus récentes concernant les aliments issus de l'Agriculture Biologique réalisée par la nutritionniste Béatrice de Reynal permet d'y voir plus un peu plus clair, particulièrement à une période où beaucoup de jeunes parents questionnent sur ces sujets : faut-il choisir des aliments BIO pour les bébés et les jeunes enfants ou pas ?

Destinées aux médecins spécialistes de pédiatrie ou pas, ainsi qu'au diététiciens nutritionnistes, ces informations ont pour objet de faire un état de la question à travers une double approche, nutritionnelle et toxicologique. En effet, les autres considérations, liées à l'environnement et aux aspects économiques, n'ont pas été traitées dans ce travail de synthèse.

Synthèse

Qualité nutritionnelle

C'est sur le critère nutritlonnel que les données sont les plus innovantes et les renversements de tendance les plus nombreux. Selon diverses équipes, de divers univers (pro-BIO ou pas), un consensus se dégage pour dire que globalement, les différences nutritionnelles sont variables selon les domaines (animal et végétal), selon les variétés, selon les méthodes culturales, selon les provenances... mais on peut relever, signiflcativement [1] :

  • Plus de matière sèche dans les aliments BIO (donc moins d'eau)
  • Plus de fer et de magnésium dans les végétaux [2]
  • Plus de polyphenols, flavonols, resvératrol [3] dans les végétaux
  • Plus de vitamine C mais moins de béta carotène
  • Plus d'acides gras essentiels dans les produits animaux, notamment le lait et les ruminants
  • Plus de certains minéraux et oligoéléments [4,5]

Pour le secteur animal, la différence proviendrait des méthodes d'élevage et d'alimentation (élevage en plein air, nourriture naturelle... ).

Pour le secteur végétal, les différences à variété égale portent un peu sur la teneur en eau et la quantité de polyphenols. Les producteurs BIO choisissent des variétés rustiques, très adaptées à leur environnement. Ces variétés sont le plus souvent bien plus intéressantes nutritionnellement et gustativement [6]: plus de fibres, de vitamines, de polyphenols [7] ...

De même, certains chercheurs se sont attachés à démontrer que les productions végétales biologiques étaient souvent plus goûteuses [8,9] ; dans le domaine spécifique de l'alimentation de l'enfance où l'apprentissage des goûts est essentiel, les nutritionnistes comme les parents préfèrent proposer à leurs enfants des produits de grande qualité gustative. Concernant plus particulièrement le lait [10], les données indiquent que le lait BIO a une meilleure composition nutritionnelle en présentant moins de graisses saturées et plus d'insaturées. Ceci provenant de la qualité de l'alimentation donnée aux vaches laitières.

Qualité sanitaire

L'Agriculture Biologique présente le plus souvent des avantages toxicologiques pour le consommateur (moins de nitrates, moins de résidus de pesticides), et aussi pour l'agriculteur, souvent en contact avec des doses importantes de pesticides... ceci à ajouter aux avantages en faveur de la préservation de l'environnement.

Projet ABARAC « ACRICULTURES-NUTRITION-SANTÉ »

En France, l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments - ANSES) a publié un rapport, synthèse des publications depuis 1980 indiquant notamment la supériorité de l'Agriculture Biologique en ce qui concerne les résidus de pesticides et les nitrates.

Cas particulier des aliments de l'enfance

Les aliments destinés aux nourrissons bénéficient d'une législation particulière et draconienne. Qu'ils soient d'origine biologique ou non, ils doivent respecter des maxima en termes de résidus et indésirables divers. L'alimentation infantile reste un domaine très sûr et très contrôlé. Toutefois, les fabricants de produits infantiles BIO prennent des précautions agronomiques pour les respecter : choix de régions de production pas trop humides pour éviter les moisissures, sites de productions particuliers pour éviter tout risque de pollution aiguë, etc.

Ce mode d'agronomie intelligente et réfléchie permet une réponse adéquate aux problématiques sanitaires : le risque est forcément diminué. Ceci bénéficie aux produits BIO.

Les études en cours

Étude Européenne du QLIF

Les conclusions du programme de recherche QLIF mené de 2004 à 2009 sur les systèmes de production et filières bas intrants dont l'Agriculture Biologique, ont en effet permis d'établir une corrélation entre les pratiques agricoles biologiques et la qualité supérieure de l'alimentation biologique. Menés dans différents pays d'Europe, les travaux montrent que la qualité des produits BIO, animaux et végétaux, diffère, en général, significativement de celle des produits issus de systèmes de production intensive. Les résultats obtenus montrent que les méthodes de production biologiques sont à l'origine :

  • De niveaux plus élevés en composants nutritionnels recherchés, comme les vitamines, les antioxydants et les acides gras polyinsaturés ;
  • De plus faibles taux en composés non souhaitables tels que les métaux lourds, les mycotoxines, les résidus de pesticides et les glycoalcaloïdes.

Conclusions

Le sujet de l'Agriculture Biologique est particulièrement sensible et il est important pour le praticien de discerner les aspects scientifiques des contingences passionnelles.

Si nous retenons les analyses réellement réalisées dans un proche passé, sur des produits issus de la Communauté, nous pouvons affirmer que :

  • L'Agriculture Biologique permet une qualité nutritionnelle optimisée notamment pour ce qui concerne la densité nutritionnelle, les teneurs en vitamine C, en polyphénols des végétaux, et les acides gras essentiels des productions animales.
  • Le bilan global bénéficie aux productions biologiques. Ces nutriments sont tous d'intérêt pour les consommateurs européens, et en particulier, pour les enfants et nourrissons.
  • Surtout, les productions biologiques sont issues de variétés rustiques, mieux adaptées à leur environnement, et donc, qui sont naturellement plus résistantes aux aléas de santé. De fait, elles nécessitent moins de traitement sanitaire. Ces variétés végétales ont en plus pour elles d'être plus denses nutritionnellement : plus de matière sèche, plus de micronutriments, plus de goût aussi.
  • Enfin, les productions biologiques contiennent moins de nitrate et de pesticides. Le bénéfice du doute penche encore vers les productions biologiques pour tout ce qui touche aux nouveaux traitements chimiques qui ne seraient pas encore recherchés par l'analyse.

Pour de plus amples informations, consulter les articles « Manger bio... pas bien ? » et « Les produits bio ont-ils un intérêt nutritionnel et sanitaire ? »

Références

  1. Gueguen et Pascal 2010
  2. Denis Lairon - Rapport pour le PNNS La qualité des produits de l'Agriculture Biologique 2003
  3. Ibidem
  4. Worthington 1998, Heaton 2001
  5. Denis Lalron 2003
  6. Conklin, N. & Thompson, G. 1993. Product quality in organic and conventional produce: is there a difference? Agribusiness: 9;3; 295-307.
  7. Reganold et al 2010
  8. Les fruits et légumes biologiques ont-ils meilleur goût que les fruits et légumes conventionnels ? Richard C. Theuer Septembre 2006, rapport sur l'état des connaissances scientifiques : le goût des aliments biologiques 2006 Richard C. Theuer - The Organic Center
  9. Weibel, et al. 1999
  10. Butler et al 2011
  11. Rapport AFSSA 2003
  12. Pr Henri Joyeux. Dr Mariette Gerber-CRLC
  13. Projet QLIF

(Par Béatrice de Reynal, nutritionniste)

SOURCE : VITAGERMINE

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s