Les aliments anticancer

lu 24302 fois

Quels aliments faut-il manger - ou éviter - pour se protéger des cancers ? Afin de s'y retrouver dans la jungle des études abordant le sujet, le Fonds mondial de recherche contre le cancer (Fmrc) vient de publier un rapport fort édifiant. Plus de 200 experts internationaux ont planché pendant cinq ans sur 22 000 études scientifiques, en retenant les 7 000 études les plus pertinentes.

« Les aliments anticancer » - Crédits photo : naturalwish.tripod.com Ils ont conclu que certains aliments accroissent le risque de cancers, avec un niveau de preuves qualifié de « convaincant ». A savoir, l’alcool augmente le risque de cancers des voies aéro-digestives supérieures (Vads : cancers de la bouche, pharynx, larynx, oesophage), du sein et de cancer colorectal (chez l’homme surtout). Manger de la viande rouge et de la charcuterie accroît le risque de cancer colorectal. Se supplémenter en bêta-carotènes amplifie le risque de cancer du poumon.

En revanche, aucun aliment ne s’est révélé protecteur « avec certitude » . Les experts n’ayant avancé que le qualificatif de protection « probable » de certains. Notamment, les fruits et légumes (hors féculents) réduiraient le risque de cancers des Vads, de l’estomac et du poumon. Les aliments riches en caroténoïdes (fruits et légumes orange, rouges ou jaunes) préserveraient des cancers Vads et du poumon. Ceux contenant de la vitamine C, ou du bêta-carotène (cassis, poivron, kiwi, brocoli, orange, laitue) protègent du cancer de l’oesophage. Les alliums (poireau, oignon) éviteraient le cancer de l’estomac. L’ail, les fibres et le lait prémuniraient du cancer colorectal. Les aliments riches en acide folique (petits pois, lentilles, épinards, cresson) permettraient d’échapper au cancer du pancréas. Et la tomate (riche en lycopène) ainsi que les aliments contenant du sélénium (poissons gras, fruits de mer, abats) au cancer de la prostate.

Dans leurs recommandations, les experts insistent sur les bénéfices à « être aussi mince que possible dans la fourchette de poids normale », établie, selon eux, à un indice de masse corporel (IMC) compris entre 21 et 23. En effet, les personnes en surpoids ont plus de risques de développer un cancer de l’oesophage, du pancréas, colorectal, du sein (après la ménopause), de l’endomètre, du rein et probablement de la vésicule biliaire.

Plus encore, la graisse située autour du ventre (tissu adipeux abdominal) augmente les risques de développer un cancer colorectal et probablement un cancer du pancréas, du sein (après la ménopause) et de l’endomètre.

(Docteur Catherine De Goursac - Actualités IMAAGE du 28 février 2008)

SOURCE : Actualités IMAAGE

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s