Les ados ont besoin du calcium des produits laitiers

lu 7604 fois

Les études les plus récentes le confirment : durant l’adolescence, des apports suffisants de calcium sont nécessaires pour assurer une santé osseuse optimale. En première ligne, les produits laitiers sont la source de calcium à privilégier.

« Les ados ont besoin du calcium des produits laitiers » - Crédit photo : Chips de melon © Cirad, M. Reynes Au début de l’âge adulte, les os ont atteint leur taille maximale et capitalisé le maximum de densité minérale. Environ 40 % de la masse osseuse se forme durant l’enfance et 60 % lors de l’adolescence. C’est dire que pendant cette période, la minéralisation est particulièrement intense : dès la puberté et jusqu’à la fin de l’adolescence, les besoins en calcium s’accroissent de 200 à 300 mg. Et comme l’organisme n’absorbe pas plus de 50 % du calcium provenant des aliments, il faut augmenter les apports alimentaires de calcium d’au moins 350 à 500 mg. Par rapport à ceux de l’enfant ou même de l’adulte, les apports nutritionnels conseillés (ANC) en calcium sont ainsi notablement augmentés chez les adolescents.

Ces ANC reposent aujourd’hui sur une série d’études qui montrent les effets négatifs des apports insuffisants de calcium et de produits laitiers. En début de puberté, un enfant qui ne boit pas de lait ou a des apports calciques inférieurs à 500-600 mg/jour risque un défaut de minéralisation des os longs. En fin de puberté, si ses apports sont toujours aussi insuffisants, l’adolescent aura une moindre minéralisation au niveau des vertèbres, de la hanche et de l’extrémité supérieure du fémur...

Un exemple : il est établi que par rapport à celles qui boivent un verre de lait par jour, les femmes qui boivent moins d’un verre de lait par semaine entre 13 et 17 ans ont à l’age adulte une densité osseuse plus faible. Et si cette situation dure depuis l’enfance, le risque de fracture est significativement plus élevé.

Par ailleurs, de nombreux travaux de chercheurs suggèrent que la calcium provenant du lait ou des produits laitiers a un effet plus marqué que le calcium administré sous forme de suppléments. Le calcium des produits laitiers est un déterminant majeur du contenu minéral osseux chez les adolescents. Le lait et les produits laitiers semblent apporter un bénéfice osseux supplémentaire. Vraisemblablement parce qu’ils apportent aussi des minéraux (comme les phosphates et le magnésium), ainsi que des protéines et des peptides spécifiques qui influencent favorablement la formation osseuse.

C’est pourquoi il est conseillé dès la puberté d’augmenter la consommation de produits laitiers : de 3 par jour pendant l’enfance à au moins 3 par jour durant toute l’adolescence. Par exemple, chaque jour un produit laitier frais (yaourt, fromage blanc, petit-suisse...), une portion de fromage et un bol de lait. Si d’autres apports non lactés peuvent apporter environ 400 mg de calcium, on pourra ainsi atteindre les 1.200 mg recommandés quotidiennement. On fera aussi attention au statut en vitamine D : s’il est trop faible, il risque d’aggraver les effets osseux d’une insuffisance d’apports calciques. Fabriquée par la peau sous l’effet des ultraviolets solaires, la vitamine D peut dans une moindre mesure être apportée par l’alimentation : poissons gras, foie, oeufs, beurre, produits laitiers supplémentés...

(Pratiques en nutrition, n° 19.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s