Les acides gras oméga-3 contribuent à réduire les maladies inflammatoires gastro-intestinales

lu 4946 fois

De nouvelles recherches montrent que les graisses alimentaires ont un impact sur les bactéries intestinales, un impact bénéfique (dans le cas des acides gras polyinsaturés oméga-3 ou AGPI oméga-3) ou néfaste (dans le cas des AGPI oméga-6). Les acides gras oméga-3 EPA et DHA que l'on trouve dans les fruits de mer et les huiles de poisson peuvent réduire l'inflammation et augmenter les micro-organismes bénéfiques qui protègent contre les maladies gastro-intestinales (GI). Ces résultats ont été présentés lors du 11(e) Congrès de la Société internationale pour l'étude des acides gras et des lipides (ISSFAL) à Stockholm, le 1(er) juillet 2014.

La recherche montre que les choix alimentaires et certains micro-organismes présents dans le tractus gastro-intestinal peuvent contribuer à la prévention ou au développement des maladies inflammatoires de l'intestin, de la colite (inflammation du côlon) et de la maladie de Crohn. Les AGPI affectent en particulier les microbes qui vivent dans l'intestin, et que l'on appelle « flore intestinale ».

Deanna Gibson, PhD, professeur adjointe à l'Université de la Colombie-Britannique, Canada, et ses confrères ont examiné les effets des AGPI oméga-3 et oméga-6 sur des souris infectées par des bactéries gastro-intestinales qui provoquent la colite. Celles qui ont été alimentées d'AGPI oméga-6 (huile de maïs) présentaient des lésions intestinales plus sérieuses, des lésions des cellules immunitaires, et elles produisaient davantage de bactéries nocives. En revanche, les régimes riches en EPA et DHA ont augmenté les microbes anti-inflammatoires, ce qui a réduit les lésions des cellules immunitaires et l'inflammation et a protégé également contre les dégâts de la colite. Toutefois, les souris qui ont pris ces acides gras oméga-3 ont souffert un sepsis (inflammation de tout l'organisme due à une infection sévère) parce que leurs réponses immunitaires nécessaires pour survivre à une infection ont été altérées.

« Bien qu'une inflammation trop importante n'est pas bonne dans le contexte des maladies auto-immunes, nous avons aussi besoin de l'inflammation pour pouvoir survivre aux infections », remarque Gibson. « Ces observations suggèrent que les apports excessifs en oméga-6 peuvent être nocifs pour la santé intestinale. Inversement, alors qu'une supplémentation en AGPI oméga-3 favorise les microbes bénéfiques dans l'intestin, et diminue donc l'inflammation, ce qui constitue un avantage dans des conditions normales peut devenir problématique en présence de bactéries nocives. »

« Curieusement, quand un régime alimentaire riche en graisses saturées a été complété avec de l'huile de poisson, les souris n'ont pas souffert de sepsis », ajoute Gibson. « Ces résultats très intéressants suggèrent que la supplémentation d'AGPI oméga-3 couplée à une alimentation riche en graisses saturées peut protéger davantage le tractus gastro-intestinal qu'un régime alimentaire riche en AGPI oméga-6 ».

Jing X. Kang, MD, PhD, professeur à la Faculté de médecine de l'Université Harvard et au Massachusetts General Hospital, États-Unis, a rapporté une étude sur des souris qui montre qu'un ratio plus faible d'AGPI oméga-6 par rapport aux AGPI oméga-3 modifie la flore intestinale et réduit la production de bactéries nocives tout en augmentant les colonies de bactéries bénéfiques. Ces changements ont conduit à moins d'inflammation.

« L'inflammation chronique de faible intensité contribue au développement de nombreuses maladies chroniques et peut être causée par une flore intestinale nuisible », affirme Kang. « Par conséquent, les stratégies alimentaires qui réduisent le rapport des AGPI oméga-6 / oméga-3 pour optimiser la flore intestinale (telle que la réduction de la consommation d'huiles végétales riches en acides gras oméga-6, d'aliments transformés et de bétail nourri au grain, et l'augmentation de la consommation de poissons et de légumes verts ) pourraient s'avérer efficaces pour contrôler ces maladies. Pour gérer certains problèmes de santé, un apport en acides gras oméga-3 de haute qualité et concentrés est également favorable. »

(International Society for the Study of Fatty Acids and Lipids - ISSFAL)

SOURCE : PRNewswire

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s