Le vin rouge et le «paradoxe français»

lu 4040 fois

Le «paradoxe français» est l'observation de faibles taux de mortalité par maladie coronaire en dépit d'une consommation élevée de cholestérol et de graisses saturées. La France est effectivement un pays caractérisé par des taux particulièrement bas de mortalité coronaire par rapport aux autres pays européens du nord et de l'est de l’Europe.

Les travaux de cette équipe ont été à l’origine d’une quantité impressionnante de recherches justifiant les bénéfices de la consommation du vin dans le cadre de la protection vis-à-vis de la maladie coronaire. Dans le même temps, de nombreuses études épidémiologiques ont montré la protection conférée par une consommation régulière d’alcool vis-à-vis de l’incidence de la maladie coronaire. Cette protection est liée à une consommation modérée de 2 à 3 verres d’alcool par jour, élevant les niveaux de HDL-cholestérol. Il est fort probable que seules les consommations modérées et régulières soient protectrices vis-à-vis de la maladie coronaire et que les consommations «par bordée», excessives et irrégulières telles qu’observées dans les pays anglo-saxons soient associées à des problèmes de santé.

Cette préoccupation des chercheurs du domaine du «paradoxe français» vis-à-vis de la consommation d’alcool a coïncidé avec l’amélioration des connaissances dans le domaine de l’athérosclérose. En effet, la théorie de l’oxydation des lipoprotéines LDL est progressivement devenue la théorie dominante dans le domaine de l’athérogenèse. Le vin rouge, ainsi que certains fruits et légumes, sont riches en polyphénols susceptibles de limiter l’oxydation des lipoprotéines LDL. Nous avons montré qu’une partie de ces polyphénols consommés dans la diète pouvaient se retrouver au niveau du plasma et donc potentiellement exercer une action antioxydante.

Le vin rouge étant un des «aliments» les plus riches en polyphénols, il a été rapidement désigné comme un élément central du «paradoxe français». Un nombre impressionnant de travaux ont ainsi comparé les effets bénéfiques potentiels des différentes catégories d’alcool. Certains ont montré le rôle supérieur du vin rouge vis-à-vis des autres alcools.

Mais même si le vin rouge assure vraisemblablement une partie de la protection coronaire des Français, il serait abusif d’en conclure que la solution protectrice vis-à-vis de l’athérosclérose passe obligatoirement par la consommation d’alcool !

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s