Publicité

Le syndrome X : victimes de notre mode de vie

3708 Réagir

Le syndrome X – Le terme semble désigner une maladie épouvantable tout droit sortie d’un film de science-fiction. Pourtant, cette affection, également connue sous le nom de syndrome métabolique ou encore syndrome de l’insulino-résistance, est bien réelle et touche de plus en plus d'Européens. Il semblerait même qu'il y ait un lien entre le syndrome X, l'augmentation de l'obésité et la diminution d’activité physique.

Publicité

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM

Débloquez cette page avec Multipass

Le syndrome X est diagnostiqué lorsqu'une personne présente trois ou plus des critères suivants : obésité abdominale, niveau élevé de triglycéride, niveau trop bas de HDL-cholestérol (lipoprotéine de haute densité), hypertension et insulinémie à jeun élevée. Les personnes atteintes du syndrome X ont plus de risques de développer des diabètes de type II et des maladies cardiovasculaires. Elles ont également plus de probabilités de mourir prématurément du fait de maladies cardiovasculaires et autres causes.

L’insulino-résistance : cause du syndrome X

En temps normal, l'insuline est une hormone qui active l’utilisation du glucose dans l’organisme, permettant ainsi de produire de l'énergie. Cependant, il arrive que les taux habituels d'insuline ne permettent pas au glucose d'atteindre les cellules, on parle alors d’insulino-résistance. En d'autres termes, les cellules résistent à l'action de l'insuline, en empêchant la pénétration du glucose dans les cellules. Le cas échéant, le pancréas est obligé de produire plus d'insuline afin de maintenir un taux normal de glucose dans le sang. Les personnes atteintes du syndrome X présentent des taux de glucose dans le sang plus élevés que la moyenne; cependant, ces personnes ne sont pas diabétiques car leurs taux de glucose restent dans les limites de la normale.

À quoi est due l’insulino-résistance ? La réponse à cette question est encore floue, même si l’on estime qu'un cas sur deux est imputable à des facteurs génétiques. Néanmoins, l’insulino-résistance est également déterminée par des facteurs sur lesquels nous pouvons agir : le poids (plus précisément la graisse abdominale) et l'activité physique.

Résistance à l'insuline, obésité et activité physique

Publicité

L'obésité augmente considérablement les risques d’insulino-résistance. Les solutions diététiques proposées pour le traitement et la prévention du syndrome X varient selon les symptômes constatés chez chaque individu. Cependant, presque tous les spécialistes s'accordent à dire qu'une réduction du poids - même de 10 % - et une augmentation de l'activité physique induisent une nette amélioration de l'état du patient.

L’exercice physique est primordial car les muscles représentent 30 à 40 % de la masse corporelle. C'est surtout là que s’élimine le glucose. Un muscle inactif est moins sensible à l’insuline. Nombreux sont les experts à préconiser une activité physique modérée d’au moins 30 minutes par jour, plusieurs fois par semaine. Prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur, ne plus se servir de la télécommande pour changer de programme ou rester debout 30 minutes par jour au lieu de rester assis devant la télévision, sont autant de bonnes habitudes à prendre.

Solutions à long terme

Comme toutes les autres maladies chroniques, le syndrome X est une affection complexe provoquée par notre mode de vie. Les solutions sont très simples : manger moins en variant l’alimentation et faire plus d’exercice. Pour se révéler efficaces, ces solutions doivent pourtant entrer dans nos mœurs et être prises en compte par la société.

Les caratéristiques cliniques du syndrome X

Le syndrome X présente au moins trois des facteurs risques présentés dans le tableau suivant :

Facteur de risque Valeurs des paramètres
Obésité abdominale Tour de taille
Hommes : > 102 cm
Femmes : > 88 cm
 Niveau élevé de triglycéride = 150 mg/dl
Niveau bas de lipoprotéine de haute densité (cholestérol HDL) Hommes : = 40mg/dl
Femmes : = 50mg/dl
Hypertension = 140/= 90mmHg
Insulinémie à jeun élevée = 110mg/dl
Publicité

SOURCE : EUFIC

Cela pourrait vous intéresser

Publicité