Le surimi, un produit tendances avec des atouts nutritionnels

lu 8981 fois

Le surimi, un produit tendances avec des atouts nutritionnels

Arrivé dans les années 80 en France, le surimi est originaire d’une recette de poisson traditionnelle japonaise. Désormais régie par une norme qui encadre sa définition et son mode de fabrication, sa recette a très vite conquis les Français qui l’ont intégré dans leurs nouvelles habitudes alimentaires.

Grâce à ses nombreuses qualités gustatives, nutritionnelles et pratiques, le surimi fait partie de notre quotidien. S’il est le plus couramment vendu sous la forme de bâtonnets, nature ou fourrés, on peut aussi le trouver en médaillons ou en tranches pour de belles présentations, ou encore râpé ou en miettes : il constitue alors une véritable aide culinaire pour une large variété de recettes.

Le surimi : issu d’une vielle tradition culinaire japonaise

Loin d’être un produit nouveau, le surimi est issu d’une longue tradition culinaire de quatre siècles, née au Japon. Au pays du soleil levant, il était alors connu sous le nom de « Kamaboko », qui signifie tout simplement « mode de conservation du poisson ». Cette spécialité à base de produit de la pêche était cuisinée de façon artisanale par les femmes des pêcheurs à partir de filets de poissons à chair blanche.

Ils étaient émiettés, rincés à l’eau douce puis assaisonnés. Les petits morceaux de filets étaient ensuite modelés dans du sel en forme de gâteaux ou de pains avant d’être cuits à la vapeur. Une fois cuit, le « Kamaboko » était tranché pour être dégusté trempé dans diverses sauces. Cette recette astucieuse permettait de conserver le poisson par salage toute l’année, pour consommer du poisson même en dehors des saisons de pêche.

Le surimi aujourd'hui : une recette équilibrée à base de poisson blanc

Le surimi, c’est avant tout de la chair de poisson blanc, riche en protéines, vitamine B12 et contenant des oligoéléments. Pour la préparation du surimi, la première opération consiste à ne conserver que les parties nobles du poisson, en le vidant totalement et en retirant en particulier sa tête, sa peau ainsi que ses arêtes. Ensuite, la chair est finement découpée et rincée à l’eau douce, puis pressée. Le surimi contient de 30 à 40% de chair de poisson (norme AFNOR NF V 45068), mélangée à d´autres ingrédients.

La préparation du surimi suit en effet le déroulement d’une véritable recette de cuisine dont voici la préparation : à la chair de poissons sont ajoutés du blanc d’oeuf, de la fécule de pomme de terre ou de l’amidon de blé, et de l’huile de colza pour obtenir une texture moelleuse. Selon les marques, des arômes sont ajoutés à la pâte pour régaler les papilles et une touche d’extrait de paprika pour la jolie couleur orangée et le plaisir des yeux. Après cuisson à la vapeur, le surimi prend alors plusieurs formes : bâtonnets (natures ou fourrés), miettes, râpé, médaillons ou tranches, que l’on pourra accommoder de différentes façons…

La composition du surimi

Si le surimi est bien ancré dans les nouvelles habitudes alimentaires des Français, c’est aussi parce qu’il s’agit d’un produit ayant de nombreuses qualités nutritionnelles. Le surimi a, en effet, toute sa place dans une alimentation créative, saine et équilibrée. Savourer du Surimi, c’est se donner les moyens de se faire du bien avec un aliment riche en protéines, peu calorique et source d’oméga 3 et de vitamine B12… tout en se faisant plaisir, car le surimi se prête à un large éventail de recettes et d’occasions de consommation.

Le Surimi : des qualités reconnues

Le Surimi a beaucoup de qualités pour devenir notre compagnon forme et minceur :

  • Le Surimi est riche en protéines : avec 8 à 8,5 g de protéines pour 100 g, 3 bâtonnets apportent presque autant de protéines qu’un petit oeuf.

  • Seulement 20 Kcal par bâtonnet : Un apport calorique très raisonnable qui permet de consommer du Surimi en de nombreuses occasions, sans crainte de dépasser la note calorique. Par exemple, 5 bâtonnets de Surimi n’apportent que 100 Kcal, soit moins de 7% des calories de la journée (si l’on compte environ 1500 Kcal par jour pour perdre quelques kilos, au lieu de 1800 Kcal par jour).

  • Peu de lipides : Le Surimi contient en moyenne 5% de lipides, quasi exclusivement sous forme d’huile de colza. Cette huile est recommandée pour sa richesse en Oméga 3 et c’est la raison pour laquelle le Surimi est riche en Oméga 3 : environ 0,6g/100g (pour 6 bâtonnets environ).

  • Pauvre en sucres : Un bâtonnet de Surimi contient moins d’1/10ème de morceau de sucre, soit 0,4g de sucres.
  • Des éléments nutritionnels essentiels : des oméga 3 (fournis par l’huile de colza présente dans la recette), de la vitamine B12, du phosphore et du sélénium.

Les apports nutritionnels du surimi

Le surimi : compagnon nutrition tout au long de la vie

La recette de poisson préférée des enfants

Tous les moyens sont bons pour intégrer du poisson dans l’alimentation des enfants. Et le surimi est une recette de poisson qu’ils apprécient particulièrement, car les enfants aiment jouer avec les aliments et le surimi est très ludique, tant par sa couleur que par son apparence.

Le compagnon pour l’encas des adolescents

Les adolescents ont très souvent faim et grignotent beaucoup entre les repas. Au moins, avec du surimi, ils consomment un produit riche en protéines nécessaires à la croissance, léger en calories, et qui apporte également de bons éléments nutritionnels. Il s’agit donc d’un bon complément à leurs repas parfois déséquilibrés.

Un allié minceur pour les adultes

La sensation de faim est le premier obstacle rencontré par une personne qui suit un régime hypocalorique. Il est possible de l’éviter soit en mangeant davantage lors des repas soit en consommant des aliments riches en protéines et peu caloriques entre les repas, car ils sont rassasiants.

C’est le cas, entre autres, du surimi riche en protéines et n’apportant que 20 Kcal par bâtonnet.

Le surimi est idéal pour accompagner des salades composées, du riz, des pâtes ou des légumes cuits… De plus, il apporte une touche d’originalité en apéritif.

Des protéines faciles à consommer pour les seniors

Le surimi apporte une solution intéressante à la dénutrition des personnes âgées et à la fonte musculaire : une bonne source de protéines, pas d’arêtes, une texture fondante, une capacité de conservation bien plus longue que celle du poisson frais et un usage pratique.

Pour varier les plaisirs de la femme enceinte

Le surimi n’est pas du poisson cru. Il a subi une pasteurisation et, à ce titre, peut tout à fait être consommé pendant la grossesse. D’autant qu’il combine beaucoup de qualités : il est léger en calories, facile à digérer et apporte de bons éléments nutritionnels.

Du surimi dans les paniers de plus de 6 Français sur 10

Malgré la crise, le surimi continue de se faire une belle place dans les paniers des Français. En 2014, la proportion de ménages acheteurs reste quasiment stable à 63,4%, par rapport à 64,3% en 2013 (57% en 2004)*.

Indissociable des habitudes alimentaires des Français, ce produit de grande consommation du rayon Traiteur de la Mer continue de séduire grâce à ses nombreux atouts. Pratique, moderne, bon… il s’agit également d’un moyen simple de consommer des protéines de poisson de bonne qualité à un prix raisonnable.

*Source : Kantar World Panel – Achats des ménages pour leur consommation à domicile

SOURCE : FranceAgriMer

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s