Le sport à l'école est très bon pour la santé

lu 3998 fois

Une nouvelle étude européenne a montré que les enfants peuvent améliorer leur condition physique et perdre du poids en participant à un programme structuré d'activité physique. Les résultats ont été présentés dans le British Medical Journal (BMJ). Ils pourraient inciter les écoles d'Europe à lancer de tels programmes, dans le but d'améliorer la santé et la condition physique des écoliers, et de les orienter vers une meilleure santé à l'âge adulte.

« Le sport à l'école est très bon pour la santé » - Crédit photo : www.creutzwald.fr Les chercheurs, conduits par l'Institut de sciences de l'exercice et de la santé de l'université de Bâle en Suisse, ont évalué un échantillon de 540 enfants dans 15 écoles de Suisse, sur une durée de 9 mois. Le but était d'estimer l'efficacité d'un programme scolaire d'activité physique sur leur santé physique et psychologique.

Les écoliers de 7 et 11 ans ont été placés dans un groupe d'intervention qui a suivi un programme d'activité physique conçu par des experts, ajoutant 2 cours d'éducation physique aux 3 déjà suivis. Ils avaient également des «devoirs» d'activité physique à faire à la maison, et bénéficiaient chaque jour de courtes pauses d'activité. Les écoliers du groupe témoin ont continué à suivre les 3 cours habituels par semaine, sans activité supplémentaire.

L'étude a montré que les enfants du groupe d'intervention avaient amélioré leur condition physique, réduit leur risque cardio-vasculaire, perdu de la masse grasse, et qu'ils étaient physiquement plus actifs à l'école. Il faut noter cependant que l'activité physique quotidienne tout comme la qualité de vie n'ont pas énormément changé dans l'ensemble.

D'un point de vue pédagogique, 90% des enfants et 70% des enseignants ont apprécié les cours et souhaitaient qu'ils se poursuivent. Les chercheurs déclarent que le succès du programme tient à l'intérêt qu'il présente pour les enfants et les enseignants, son intensité, son intégration à l'emploi du temps, et au recours à des enseignants experts en éducation physique.

L'obésité et les maladies cardio-vasculaires chez l'enfant continuent de progresser en Europe. Les données publiées en 2005 par l'International Obesity Task Force (IOTF) montrent qu'un enfant européen sur cinq souffre de surpoids ou d'obésité. L'analyse des résultats d'études conduites en Europe depuis plus de 30 ans montre que l'évolution de la tendance est survenue au milieu des années 1990. Selon les experts de l'IOTF, le problème ne peut que s'intensifier si aucune action n'est entreprise.

Le programme suisse propose aux Européens une solution pratique à ce problème. Ces résultats pourraient s'appliquer à d'autres pays occidentaux, car la population suisse est considérée comme étant représentative de l'Europe centrale.

Mais les chercheurs venant d'Allemagne, des Pays-Bas et de Suisse soulignent que si le programme s'est révélé positif sur une évaluation d'une année, ils ne sont pas certains de la pérennité de ses effets.

« Les travaux futurs devraient comprendre des programmes d'intervention sur plusieurs années et un suivi sur le long terme, afin de définir le contenu, le type et la durée des interventions préventives, ainsi qu'une évaluation des coûts pour déterminer la rentabilité de ces interventions », soulignent les chercheurs.

Dans un commentaire d'accompagnement, des chercheurs de l'Institute of Metabolic Science au Royaume-Uni déclarent que les programmes d'activité physique à l'école ont certes du potentiel, mais qu'ils sont difficiles à maintenir.

« Les forces de cette étude résident dans le niveau élevé de la mise en oeuvre de l'intervention, sa haute intégration au système scolaire et la qualité de l'évaluation, des points souvent absents dans les travaux antérieurs », écrivent-ils. « L'étude montre des avantages majeurs en termes d'activité physique, de condition générale, de risque cardio-vasculaire et de réserves en graisses de l'organisme ».

Pour de plus amples informations, consulter :

Source : © Communautés européennes, 2010

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s