Le rôle de l'alimentation industrielle et de l'environnement sur l'incidence de l'obésité

lu 8381 fois

Plusieurs équipes de chercheurs incriminent la contamination de notre alimentation industrielle par des substances xénobiotiques ayant une action dite de perturbateur endocrinien et induisant une obésité n'ayant pas de rapport avec le taux calorique ingéré.

Bien entendu on peut toujours accuser l'augmentation de la prise calorique et la densité calorique extrêmement importante des aliments industriels, mais cela n'explique pas tout dans l'épidémie fantastique de surcharge pondérale et d'obésité que l'on voit à travers le monde.

Le Dr Newbold, chercheur en toxicologie aux USA, démontre l'effet des substances toxiques oestrogenes-like sur le développement de l'obésité infantile. Pour le Dr Newbold et le Dr Grûn, l'alimentation contient des xénobiotiques qui ont une activité de stimulation proche des oestrogènes et perturbe le programme endocrine du foetus autant dans sa croissance à court terme que l'exposant à des conséquences de surcharge pondérale à l'âge adulte.

Les perturbateurs endocriniens ont une activité « oestrogène-like », c'est-à-dire qu'ils miment l'action des oestrogènes qui vont stimuler la prolifération des adipocytes ou cellules graisseuses pour le stockage des graisses. Ils pensent que la cible des toxiques, principalement le Diethylstilbestrol (DES), mais également le le tributyltin chloride et le triphenyltin chloride est bien l'adipocyte (cellule graisseuse).

Au cours de leurs recherches, les Dr Newbold et Blumberg ont remarqué que les animaux de laboratoires qui étaient en contact direct avec les produits polluants avaient une masse graisseuse supérieure à la normale. Et cela se confirme avec les êtres humains, c'est-à-dire que lorsque les femmes enceintes, durant leur grossesse, sont exposées à certains polluants, les effets néfastes sont transférés à leur progéniture et les bébés possèderont plus de cellules graisseuses que la normale. Ils auront donc plus de problèmes de poids par la suite.

Les chercheurs concluent que c'est une avancée dans l'identification de l'influence de l'environnement sur la santé de l'homme. Mais il ne faut pas focaliser sur ce facteur car les principales causes de surpoids restent l'alimentation déséquilibrée et le manque d'activité physique.

Sources et références :

  • Perinatal exposure to environmental estrogens and the development of obesity. Newbold RR
  • Reprod Toxicol. 2007 Apr-May ; 23(3):290-6. Epub 2007 Jan 17. Developmental exposure to endocrine disruptors and the obesity epidemic. Newbold RR
  • Endocrinology. 2006 Jun ; 147(6 Suppl) :S50-5. Epub 2006 May 11. Environmental obesogens : organotins and endocrine disruption via nuclear receptor signalling. Grün F, Blumberg B.

(Dr Stephanie Queudray et Dr Elisabeth Levesque - Actualités IMAAGE)

SOURCE : Institut Médical Anti-Age et Esthétique

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s