Le retour du « fait maison »

lu 3876 fois

Depuis quelques années, nos concitoyens redécouvrent les vertus de la cuisine « maison ». Cet engouement est attesté par le foisonnement des contenus, média et événements consacrés à cette activité : émissions culinaires à la télévision, interviews de chefs, cours de cuisine et « ateliers gastronomiques », magazines et livres de recettes, manifestations grand public comme « Cuisine en Fête » ou « La semaine du Goût », sites internet et blogs culinaires (ces derniers seraient aujourd'hui plus de 1000 !)...

Les Français ne délaissent plus les fourneaux

Autre Indicateur : la hausse des ventes de mixeurs, robots (y compris ceux conçus pour préparer le repas du bébé), autocuiseurs vapeur, blenders et autres presse-agrumes... sans oublier les machines à faire le pain, les yaourts ou encore les pâtes ! Cette évolution des comportements intervient après quatre décennies au cours desquelles les Français avaient peu à peu délaissé les fourneaux (Mai 68 ayant libéré de « l'esclavage culinaire » deux générations de femmes) et confié aux entreprises agro-alimentaires le soin de préparer leurs repas. Le gain de temps était appréciable et l'image de modernité et d'innovation des produits Industriels avaient achevé de séduire les mangeurs.

Faire la cuisine c'est retrouver la maîtrise de son alimentation...

Une enquête récente [1] indique que 84 % des Français déclarent pratiquer la cuisine « maison ». Au tout premier rang des motivations exprimées figure le souci de retrouver la maîtrise de son alimentation : cette motivation est citée par 3 personnes sur 4 (74 %). Cette volonté de maîtrise a pour objectif explicite de préserver sa santé : préparer soi-même son repas à partir d'ingrédients que l'on a choisis soigneusement et en contrôlant les quantités de sucre, de matières grasses ou de sel ajoutées permet de manger plus sain. Un enquêté sur trois (34 %) cite même la santé comme la toute première motivation de sa pratique personnelle de la cuisine.

... et le plaisir

L'enquête révèle aussi que le plaisir tient une place presque aussi importante (il est cité comme motivation par 73 % des enquêtes, 22 % lui octroyant même la première place), ainsi que la convivialité (21 % la citent en priorité). Cuisiner n'est plus une corvée mais (re)devient un plaisir partagé : on y consacre de plus en plus de temps, sinon en semaine, du moins le week-end et pendant les vacances. Et 7 enquêtes sur 10 préfèrent cuisiner avec leur conjoint, leurs enfants, d'autres membres de leur famille ou des amis (près de 9 sur 10 affirment que faire la cuisine avec ses enfants contribue à transmettre l'histoire et les valeurs familiales). La valorisation de soi est une autre motivation, évoquée par 1 enquêté sur 4. Ainsi, faire la cuisine n'est plus perçu comme une corvée mais comme une activité positive. En revanche, la possibilité de réaliser des économies en retrouvant le chemin des casseroles est mentionnée comme « première raison » par seulement 12 % de nos concitoyens.

L'aliment industriel : un bien à l'identité... floue

Ce retour aux fourneaux n'est pas un simple effet de mode mais une tendance appelée à s'amplifier et à s'inscrire dans la durée. La santé, nous l'avons vu, est l'objectif que poursuivent nos concitoyens lorsqu'ils affirment vouloir retrouver la maîtrise de leur alimentation. Mais cette problématique du contrôle et de la maîtrise renvoie aussi, plus profondément, aux mutations induites par l'industrialisation de la production des aliments. En effet, l'aliment industriel « prêt à manger » est de plus en plus perçu, par les consommateurs, comme un bien à l'identité... floue. Bien souvent, le mangeur ignore la composition et l'origine géographique du plat préparé ou de l'aliment industriel qu'il met dans son assiette.

Les ingrédients qu'il renferme sont souvent très nombreux et portent des noms « barbares » (cas des additifs) ou sibyllins (que cache l'intitulé huiles végétales : de la bonne huile de colza riche en oméga 3 ou de l'huile de palme bien moins coûteuse ?). Tout aussi complexe et mystérieuse est l'origine géographique du produit : les matières premières agricoles qui le constituent peuvent en effet provenir de pays différents, souvent lointains et changeants (en fonction de leur prix d'achat). Tel biscuit pour enfants sera ainsi fabriqué à partir de céréales cultivées en Ukraine, la lécithine de soja qu'il contient est issue de sojas produits au Brésil ; quant aux protéines laitières, elles ont été extraites de laits fournis par des fermes polonaises. Mais toutes ces provenances ne sont pas mentionnées sur l'étiquette (à la différence des fruits et légumes frais dont l'origine doit obligatoirement être mentionnée). Autre source de flou pour le consommateur : la façon dont le produit « transformé » a été fabriqué au sein de l'usine (les procédés) et, plus en amont, la façon dont il a été produit (cultivé ou élevé) au sein de la ferme.

Un facteur de réassurance pour le mangeur inquiet

Cette perte de proximité avec l'aliment industriel renforce ainsi le sentiment d'une absence de maîtrise sur la nourriture ingérée. L'aliment moderne apparaît ainsi comme un « corps étranger »... que chacun de nous va pourtant incorporer au plus profond de son être. Cet acte, qui n'a rien d'anodin, peut alors être source d'une anxiété plus ou moins consciente, liée à la croyance selon laquelle « nous devenons ce que nous mangeons ». Dès lors, le fait de cuisiner soi-même constitue un facteur de réassurance pour le mangeur inquiet : cela lui permet de se réapproprier l'aliment (il l'a choisi, manipulé...), de restaurer le lien qui l'unit à sa nourriture, de retrouver la maîtrise et le sens de l'acte alimentaire.

[1] Etude TNS Sofres / Gifam, réalisée en février 2010

(Par Eric BIRLOUEZ, Agronome consultant et enseignant en Histoire et Sociologie de l'Alimentation - Equation Nutrition n°101 - Septembre 2010)

SOURCE : APRIFEL

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s