Le retour du « fait-maison » dans l'alimentation familiale

lu 10778 fois

Machine à pain, yaourtière, plancha, cuit-vapeur, blender, centrifugeuse ou robot pour bébé... Le petit électroménager s'installe dans les foyers et signe le grand retour du « fait-maison ». Pascale Dubouis, directrice Marketing de Philips France pour les produits Grand Public décrypte cette tendance montante, tandis qu'Anne-Marie Adine, Diététicienne-Nutritionniste en souligne les avantages nutritionnels...

Le retour du « fait-maison », une vague de fond

Le retour du « fait-maison » dans l'alimentation familiale - Crédit photo : www.philips.com Faire ses propres yaourts, les petits pots de son enfant ou encore son pain, voici des gestes qui se sont installés petit à petit dans les habitudes des Français en quelques années.

Lorsqu'il s'agit de dater cette nouvelle façon de consommer, Pascale Dubouis pointe un phénomène qui s'est ancré en douceur : « Le retour du "fait-maison" est à mettre en parallèle avec la "Crise" que l'on pourrait dater d'il y a 6, 7 ans. Celle-ci a amené progressivement le consommateur à remettre en question sa consommation. » La société du « tout consommation » tangue et le regard change, l'environnement prend une place de choix dans les préoccupations quotidiennes et, petit à petit, l'idée germe : « de consommer moins ou mieux » précise Pascale Dubouis.

Consommer mieux pour le bien de la planète mais aussi pour le sien. Crises sanitaires, vieillissement de la population... La crise souligne la fragilité de notre système de santé, « L'entretien de notre capital santé devient fondamental. Il faut maintenant bien vieillir et rester en forme grâce à une vie saine ». Dans ce climat où le consommateur se responsabilise, le "fait-maison" trouve donc sa place naturellement. Enfin « nous pouvons contrôler, voire créer, ce que nous mangeons. Et au-delà de cette dimension fondamentale, il ne faut pas oublier le plaisir de reprendre la maîtrise d'un environnement devenu complexe, notamment à cause des nouvelles technologies » souligne Pascale Dubouis.

La simplicité : clé de voûte du « fait-maison »

Prendre du plaisir à cuisiner, qu'il s'agisse d'un pain ou d'une grillade, voilà un moment quotidien de plus en plus plébiscité, Pourtant, absence de temps, de transmission du savoir culinaire d'une génération à une autre... Les difficultés avant d'atteindre cet instant de bonheur semblent légion. Certes, répond Pascale Dubouis, mais « prenons l'exemple du boom des cours de cuisine ou celui des livres de recettes, on assiste a une diffusion de la culture et du savoir-faire culinaire avec une volonté de simplifier ! » Plus besoin donc au pays de la gastronomie de cuisiner compliqué pour que le résultat soit bon,

Aller contre la complexité, une idée qui a du sens chez Philips : « Chez nous, c'est génétique », s'amuse Pascale Dubouis. « Notre volonté c'est d'améliorer la vie des gens, la rendre plus simple. Il faut que nos appareils électriques scient les plus simples possibles pour que l'utilisation soit rapide avec un résultat efficace. Il faut aussi que chaque appareil soit simple à nettoyer et à ranger. »

Et demain ?

La tendance du "fait-maison" est maintenant installée. Chez Philips : « On continue en permanence à revoir nos gammes et nos produits pour les rendre encore plus simples, à monter et à démonter notamment » explique Pascale Dubouis. Si un des segments du "fait-maison" semble devoir se développer encore plus que les autres, c'est bien celui de l'alimentation infantile. « C'est un domaine dans lequel l'on peut encore faire mieux pour aider les jeunes parents. Faire à manger et donner à son enfant envie de manger ! » précise Pascale Dubouis alors que Philips vient de lancer son robot pour cuisiner pour bébé en toute simplicité.

Tendances de consommation et avantages nutritionnels

Depuis une dizaine d'année, le fait maison est partout : vêtements, décoration, cuisine, customisation de tout. « Le regain d'intérêt pour le fait maison et en particulier la cuisine s'exprime par le développement des cours privés, d'émissions de télévision, d'ateliers culinaires, de ventes records de produits de base type farine ou sucre. », indique Anne-Marie Adine, Diététicienne-Nutritionniste, Ex-consultante hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, Co-auteur de « Les carottes rendent aimable ? » aux Éditions First.

Tout ce qui est fait maison ne veut pas nécessairement dire meilleur nutritionnellement. Cependant le fait maison permet de contrôler et d'apporter certains éléments fondamentaux dans l'alimentation :

  • Pouvoir varier son alimentation
  • Pouvoir contrôler les matières grasses, le sucre, le sel ajoutés : une des bases d'une bonne alimentation
  • Faire plaisir à celui qui prépare et à ceux qui dégustent

Un des facteurs limitants pour que le fait maison soit durable, c'est le temps : oui au "fait maison" mais seulement à condition que la préparation et les appareils soient simples d'utilisation. Tout comme des conseils nutritionnels trop stricts ou trop complexes à comprendre ne sont pas appliqués, trop d'appareils et trop de recettes ne peuvent pas l'être non plus. Il est bon de s'équiper d'un certain nombre de produits à condition :

  • Qu'ils soient simples d'utilisation, rapides et surtout faciles d'entretien
  • Qu'ils apportent des bénéfices nutritionnels aux préparations
  • Qu'ils apportent un plus gustatif
  • Qu'ils apportent un bénéfice économique

Le « fait-maison », quelques conseils pratiques

Le cuiseur vapeur : pas de matières grasses, plus de vitamines et de minéraux - Bon goût !
La vapeur ne saisit pas, mais se diffuse lentement dans les aliments. La cuisson vapeur est douce, ne brutalise pas les aliments et permet la conservation de leurs qualités nutritionnelles et organoleptiques (moelleux, fondant, croquant, couleur). Ce mode de cuisson permet également d'éviter toute utilisation d'huile et autres matières grasses.

Le jus de cuisson des légumes est riche en vitamines et minéraux. A chaque fois que c'est possible, il faut l'intégrer aux préparations. Il peut aussi être congelé et réutilisé. Les légumes frais ne sont pas une obligation, les légumes surgelés sont aussi bons nutritionnellement et parfois même meilleurs que des légumes stockés sur les marchés à l'air et à la lumière.

La cuisson plancha : peu voire pas de matières grasses, un bon goût de grillé avec du moelleux, des qualités nutritionnelles conservées.
La plancha évacue les graisses des aliments et ne demande pas de matière grasse ajoutée, La plancha permet également d'avoir un bon gout de grillé sans risque pour la santé : en effet, la cuisson barbecue et ses très hautes températures conduit à brûler les aliments en produisant des substances cancérigènes. Avec la cuisson à la plancha, on a les avantages du goût du grill sans les inconvénients du contact direct avec la flamme à haute température.

Utiliser une marinade, c'est la touche personnelle qui va renforcer et souligner les saveurs. Pour les viandes, utiliser une marinade à base de romarin ou basilic avant la cuisson pour protéger les aliments et ajouter des antioxydants.

Le blender : plus de fruits et de légumes !
Grâce au blender et à la tendance smoothie, la consommation de fruits peut augmenter et atteindre 5 fruits et légumes par jour sans trop de contraintes. Le blender est idéal pour toute la famille, en particulier les foyers ayant une consommation de fruits basse.

Un smoothie peut remplacer un fruit à condition qu'il soit bu tout de suite, Il est en effet dommage de faire son smoothie et de le garder une journée dans le réfrigérateur : les minéraux et surtout les vitamines se conservent mal.

(Nutripratique, La revue de Nutrition Pratique - Mars 2010)

SOURCE : DIETECOM 2010

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s