Le resveratrol : un polyphénol aux propriétés bénéfiques

lu 4624 fois

Le resvératrol est un polyphénol synthétisé da façon importante dans les grains de raisins et retrouvé dans le vin rouge. Sa présence dans le fruit provient d’une réaction de la vigne contre une infection commune due au champignon Botrytis cinerea. Des études épidémiologiques et expérimentales ont montré que le resvératrol agissait sur l’organisme comme un agent préventif des maladies cardiovasculaires ainsi que de certains cancers. C’est l’une des molécules phares de ce que l’on a appelé le « french paradox ». Toutefois les mécanismes qui expliqueraient ces propriétés particulières ne sont pas encore élucidés.

« Le resveratrol : un polyphénol aux propriétés bénéfiques » - Crédit photo : rayshealth.com Des chercheurs de l’Inserm dirigés par Norbert Latruffe (Unité Inserm 866 "lipide, nutrition, cancer") à Dijon en collaboration avec des chercheurs américains, ont étudié les propriétés anti-inflammatoire et anticancéreuse du resvératrol. Dans un article publié dans le numéro de septembre de la revue Carcinogenesis, ces chercheurs sont les premiers à découvrir une nouvelle voie de signalisation montrant que ce phytophénol alimentaire bien connu et notamment présent dans le vin rouge module l’expression de micro ARN impliqués dans la réponse inflammatoire et dans la naissance des cancers.

Inflammation et cancer : quels liens ?

La prolifération anarchique des cellules est le phénomène à l’origine des cancers. Sans que l’on sache encore exactement pourquoi et comment le cycle de division de certaines cellules s’emballe, les rendant immortelles. Des études épidémiologiques suggèrent que dans 25 % des cas de cancers, cette prolifération anarchique est liée à des processus inflammatoires connexes.

Certains de ces processus sont liés aux micro-ARN, ces séquences non codantes de l’ARN (c'est-à-dire qu’elles ne produisent pas de protéine) mais dont le rôle n’est pas moins important. Selon plusieurs études, la présence de l’un d’entre eux (miR-155), en grande quantité dans le sang est directement impliquée dans la réponse inflammatoire et serait liée à la formation de certains cancers comme les leucémies, les cancers du sein ou du poumon.

Des réactions en chaine

Les chercheurs de l’Inserm ont montré dans cette étude que le resvératrol jouait un rôle important au niveau de l’inflammation en modulant l’expression de deux micro ARN : miR-663 et miR-155 - cité plus haut - dans une lignée cellulaire de monocytes humains. Cette régulation entraine une série de réactions en chaine qui aboutit au contrôle de l’expression de gènes inflammatoires impliqués dans la production de prostaglandines ou les réponses inflammatoires aux LPS (Lipopolysaccharide bactérien).

D’autres travaux menés par la même équipe et publiés dans la revue Biochemical Pharmacology sur des cellules tumorales d’origine colorectales humaines suggèrent également l’implication du resvératrol dans la modulation de micro ARN codant pour le TGF beta, un agent oncogénique bien connu.

"Nous continuons l’analyse des liens entre le resvératrol et d’autres micro ARN" précise Norbert Latruffe, professeur de biochimie à l’université de Bourgogne. "Grâce à cela, notre étude pourrait conduire à démontrer l’intérêt de l’emploi du resvératrol comme agent anti-inflammatoire. Si, par ailleurs, l’effet du resvératrol sur le TGF béta se confirme, on pourrait imaginer le tester en clinique comme adjuvant de traitement anti-cancéreux, mais la route est encore longue". Et de rappeler que "malgré les propriétés du resvératrol, boire du vin ne permet pas de traiter les cancers ni l’inflammation."

Références :

  • "Resveratrol decreases the levels of miR-155 by upregulating miR-663, a microRNA targeting JunB and JunD". Esmerina Tili, Jean-Jacques Michaille, Brett Adair, Hansjuerg Alder, Emeric Limagne, Cristian Taccioli, Manuela Ferracin, Dominique Delmas, Norbert Latruffe and Carlo M. Croce. Carcinogenesis, septembre 2010 vol (2010 31: 1561-1566).
  • "Resveratrol modulates the levels of micro RNAs targeting genes encoding tumor-suppressors and effectors of TGFb signaling pathway in SW480 cells". Esmerina Tili, Jean-Jacques Michaille, Hansjuerg Alder, Stefano Volinia, Dominique Delmas, Norbert Latruffe, Carlo M.Croce. Biochemical Pharmacology, août 2010

SOURCE : INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s