Le régime méditerranéen, patrimoine de l'Unesco ?

lu 4582 fois

L'Espagne, soutenue par la France, l'Italie et la Grèce, a informé les ministres européens de son intention de proposer l'inclusion du régime méditerranéen -réputé « bon pour le coeur » - au patrimoine humanitaire de l'Unesco.

S'il existe de nombreuses variantes du modèle alimentaire méditerranéen, quelques caractéristiques restent communes : huile d'olive, consommation abondante de fruits, légumes et crudités, consommation appropriée de légumes secs, de fruits secs, de céréales, de poisson, d'oeufs et de produits laitiers (fromage et yogourt), consommation modérée de vin, de viande et produits carnés, et mode de vie qui inclut une activité physique régulière.

Pour le gouvernement espagnol, qui promeut la candidature du régime méditerranéen au patrimoine immatériel de l'Unesco, il s'agit d'un « modèle alimentaire de qualité, riche, varié, équilibré, sain et appétissant », avalisé par l'Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il constitue « un élément très important du patrimoine culturel, social, territorial, environnemental et gastronomique » des peuples méditerranéens, « faisant historiquement partie d'un mode de vie ».

Le patrimoine immatériel de l'Unesco

Cette convention est entrée en vigueur en avril 2006. Aujourd'hui, 78 Etats l'ont ratifiée ou sont en train de le faire. Les premières « nominations » sont attendues en 2008. Aucun chef d'oeuvre gastronomique ne figure encore sur la liste de l'Unesco.

Pour en savoir plus :

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s