Le régime méditerranéen est bénéfique à l'organisme

lu 3899 fois

Selon une nouvelle recherche, de nombreux groupes d'aliments consommés dans le cadre d'un régime méditerranéen jouent un rôle beaucoup plus important que d'autres dans l'amélioration de notre bien-être et nous aident à vivre plus longtemps. D'après l'étude, la meilleure recette pour mieux vivre est de consommer davantage de fruits, de légumes, de légumineuses, d'oléagineux et d'huile d'olive. L'étude de cohorte prospective, publiée dans la revue British Medical Journal, a été en partie financée par le programme « L'Europe contre le cancer » de l'UE.

« Le régime méditerranéen est bénéfique à l’organisme » - Crédit photo : © inacio pires - Fotolia.com De nombreuses études vantent les mérites du régime méditerranéen et conseillent de s’y tenir sur le long terme; mais cette étude récente est la première à souligner l’importance de ses composants individuels.

« Nous avons évalué la contribution des neuf composants largement acceptés du régime méditerranéen (une consommation importante de légumes, de fruits et d’oléagineux, de légumineuses, de poisson et de fruits de mer, et de céréales; une faible consommation de viande ou de produits dérivés de la viande et de produits laitiers; un taux élevé de lipides mono-insaturés à saturés; et une consommation modérée d’éthanol) dans l’association inverse de ce régime avec la mortalité de toute cause », peut-on lire dans l’étude.

Les chercheurs se sont penchés sur chaque composant du régime méditerranéen classique, qui met l’accent sur le poisson, les fruits de mer et les céréales et moins sur les produits laitiers, afin d’observer si l’un de ces ingrédients était un indicateur de longévité. À cette fin, a expliqué le co-auteur et professeur Dimitrios Trichopoulos de la Harvard School of Public Health aux États-Unis, l’équipe a étudié 23349 hommes et femmes (ne souffrant d’aucun trouble tel que le cancer ou le diabète) qui ont participé au segment grec de l’European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC).

L’EPIC est un programme d’étude opérationnel dans 23 centres de recherche de 10 pays européens. Son but est d’enquêter sur le rôle des facteurs biologiques, alimentaires, de mode de vie et environnementaux responsables du développement du cancer et d’autres maladies chroniques.

Chaque sujet a dû compléter un questionnaire relatif à son alimentation et à son mode de vie au moment de l’étude. Les participants ont dû décrire leurs niveaux d’activité physique, résumer leur historique médical et déclarer s’ils étaient fumeurs ou non. Les chercheurs ont évalué la conformité des sujets au régime méditerranéen traditionnel sur une échelle de 0 à 10.

Par la suite, les participants ont été suivis sur une moyenne de 8,5 années, au cours desquelles 1075 participants sont décédés (652 décès de diverses causes dans le groupe des 12694 sujets dont les scores de conformité au régime méditerranéen se situaient entre 0 à 4, et 423 parmi 10655 sujets dont le score était de 5 ou plus).

« Nous avons découvert que les personnes les plus fidèles au régime méditerranéen traditionnel, comme indiqué par le score qu’ils avaient obtenu, présentaient en règle générale un taux de mortalité plus faible. Plus particulièrement, on a associé l’adhésion au régime méditerranéen de l’ordre de deux unités (un changement réaliste) à un taux de mortalité 14% plus faible, ce qui est important d’un point de vue statistique », a montré la recherche.

« Dans de nombreuses études évaluant les effets sur la santé du régime méditerranéen, les auteurs ont spéculé sur les processus biologiques qui transmettent ses effets apparents, se concentrant sur des actions anti-oncogéniques possibles (la suppression de tumeur) de l’acide oléique dans l’huile d’olive, le resvératrol et la picéide dans le vin, et de nombreux autres antioxydants dans l’huile d’olive et les aliments végétaux ainsi que les effets favorables largement acceptés de l’huile d’olive sur les lipides sanguins. »

En résumé, cette recherche ne peut pas fournir de résultats systématiquement applicables du fait que le régime varie chez les personnes en fonction de leur pays de résidence: cependant, les résultats ont montré que le score associé à la conformité au régime méditerranéen «est un indice efficace de mortalité car il intègre les associations à la mortalité de nombreux composants individuels dans un score simple et unidimensionnel. »

Pour de plus amples informations, consulter :

Source : Copyright © Communautés européennes, 2009

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s